Les Rwandais du Congo perdent leur statut de réfugiés


©

Plus de 8 000 Rwandais exilés au Congo-Brazzaville depuis 1997 perdent à partir de ce dimanche 30 juin leur statut de réfugié. Trois portes de sortie leur sont cependant offertes. Mais ils craignent de retourner dans leur pays où, disent-ils, les conditions garantissant leur sécurité, ne sont pas réunies.

Les réfugiés rwandais au Congo-Brazzaville vont maintenant devoir faire un choix : rentrer volontairement au pays, prendre la nationalité congolaise ou choisir un pays tiers d’accueil.

« Les réfugiés qui n’exprimeront pas leur choix par rapport à ces options seront soumis à l’application des dispositions prévues par la loi, fixant les conditions d’entrée, de séjour et de sortie, des étrangers en territoire congolais », a prévenu à la télévision publique Chantal Itoua Apoyolo, directrice des affaires multilatérales au ministère des Affaires étrangères.

Les réfugiés rwandais sont présents à Brazzaville et éparpillés dans des régions Centre et Nord du Congo où ils excellent dans l’agriculture et le petit commerce. Ils pensent aujourd’hui que les conditions de protection et de sécurité ne sont pas réunies au Rwanda pour qu’ils y retournent.

« Depuis l’annonce de la clause de cessation, nous avons été très inquiets, parce que nous savons que c’est le Rwanda qui négocie pour que cette clause soit appliquée. Mais en réalité, les conditions ne sont pas encore établies », rapporte ainsi l’un d’eux.

Les réfugiés rwandais sont arrivés au Congo en 1997 après le génocide, fuyant l’avancée des troupes du Front patriotique rwandais, au pouvoir actuellement.