Hissène Habré inculpé et placé en détention provisoire au Sénégal

L'ancien président tchadien Hissène Habré, en novembre 2005 à Dakar.
© AFP PHOTO SEYLLOU

Hissène Habré est officiellement inculpé pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et tortures ce mardi 2 juillet. L'ancien président tchadien, arrêté à Dakar ce week-end, a été déféré devant le tribunal spécial dans la capitale sénégalaise. Les juges lui ont alors notifié son inculpation et ordonné son placement en détention à Dakar.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Vêtu d'un grand boubou blanc, Hissène Habré est sorti, a levé la main, avant de s'engouffrer dans le pick-up sombre du pénitencier de Reubeuss. Ses premières nuits en prison, il va les passer au pavillon spécial de l'hôpital Le Dantec, assure une source du tribunal, en attendant la fin des travaux de la maison d'arrêt du Cap Manuel.

Hissène Habré a été entendu toute la journée, ce mardi 2 juillet. La commission d’instruction des chambres africaines extraordinaires a finalement suivi le réquisitoire introductif du procureur général. Ce dernier demandait l’inculpation et la détention provisoire de l’ancien président tchadien pour éviter tout risque de troubles à l’ordre public et pour la sérénité de la procédure.

C'est un dossier de vingt-quatre tonnes qui a été ramené du Tchad et qui sert à la mise en examen.

François Serre
02-07-2013 - Par Carine Frenk

Les avocats de Hissène Habré ont pour leur part dénoncé le fait de n’avoir ni eu accès au dossier ni droit à la parole. « Monsieur Habré n’a répondu à aucune question des juges, qu’il ne reconnaît pas. Il n’est pas prêt à cautionner cette forfaiture », a notamment déclaré Me El Hadji Diouf affirmant que « l’otage Habré continue d’être un otage ».

« C’est un moment extrêmement important », se réjouit en revanche Me Assane Dioma Ndiaye, coordinateur du collectif des avocats sénégalais des victimes. « Hissène Habré vit au Sénégal depuis vint-deux ans, il est enfin en prison et va répondre de ses actes. C’est une victoire pour les victimes de tous les tyrans en Afrique ».

 

Hissène Habré, 13 ans de procédures judiciaires

Quand en janvier 2000, la première plainte est déposée à Dakar par des victimes tchadiennes, l'affaire s'annonce sous de bons auspices pour les plaignants. L'ancien président tchadien est rapidement inculpé pour actes de torture et crimes contre l’humanité, et placé en résidence surveillée.

Mais juste après l'élection d'Abdoulaye Wade à la présidence, la justice sénégalaise fait marche arrière. Elle se déclare à plusieurs reprises incompétente, puisque les crimes n'ont pas été commis au Sénégal. Les victimes déposent alors de nouvelles plaintes au Tchad et en Belgique.

Alors que le dossier est au point mort au Sénégal, en 2005, un juge belge émet un mandat d'arrêt international et la Belgique adresse la première des quatre demandes d’extradition. Hissène Habré est placé en détention. Mais 15 jours plus tard, la cour d'appel de Dakar se déclare de nouveau incompétente et Habré est relâché.

L'année suivante, l'Union africaine (UA) demande au Sénégal de juger Hissène Habré « au nom de l'Afrique ». Le Sénégal accepte, mais rien ne bouge. Dakar refuse de financer le procès, ce que l'Union européenne accepte. Les négociations durent deux ans. En 2009, la Belgique s'impatiente et saisit la Cour internationale de justice pour qu'elle ordonne au Sénégal de poursuivre Habré ou de l'extrader.

Pendant les années qui suivent, Wade parviendra à donner des gages tout en maintenant la procédure à l'arrêt. En 2011, il est même sur le point de renvoyer Habré vers le Tchad avant de faire marche arrière au dernier moment.

C'est en 2012 que la machine se débloque. Quelques mois après l'élection de Macky Sall à la présidence, Dakar et l'UA créent officiellement les chambres africaines extraordinaires. Ce sont elles qui ont inculpé Hissène Habré le 2 juillet.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.