Madagascar: une délégation de la SADC attendue pour une nouvelle mission de médiation - Afrique - RFI

 

  1. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Sessions d'information
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Sessions d'information
  14. 16:40 TU Accents d'Europe
  15. 17:00 TU Journal
  16. 17:10 TU Accents du monde
  17. 17:30 TU Journal
  18. 17:33 TU Sessions d'information
  19. 17:40 TU Débat du jour
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 13:33 TU Danse des mots
  2. 14:00 TU Journal
  3. 14:10 TU Autour de la question
  4. 14:30 TU Journal
  5. 14:33 TU Autour de la question
  6. 15:00 TU Journal
  7. 15:10 TU Radio foot internationale
  8. 15:30 TU Journal
  9. 15:33 TU Radio foot internationale
  10. 16:00 TU Journal
  11. 16:10 TU Sessions d'information
  12. 16:30 TU Journal
  13. 16:33 TU Sessions d'information
  14. 16:40 TU Accents d'Europe
  15. 17:00 TU Journal
  16. 17:10 TU La bande passante
  17. 17:30 TU Journal
  18. 17:33 TU Sessions d'information
  19. 17:40 TU La bande passante
  20. 18:00 TU Journal
  21. 18:10 TU Grand reportage
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU Accents du monde
  25. 19:30 TU Journal
fermer

Afrique

Andry Rajoelina Madagascar Joaquim Chissano

Madagascar: une délégation de la SADC attendue pour une nouvelle mission de médiation

media

A Madagascar, une délégation de la SADC, la communauté de développement d’Afrique australe, est attendue ce mardi 9 juillet pour une nouvelle mission de médiation. Elle sera conduite par l’ancien président mozambicain Joachim Chissano. Une mission quasiment impossible s’il s’agit une nouvelle fois de convaincre les trois candidats contestés à renoncer à leurs ambitions présidentielles. Andry Rajoelina a encore été très clair ce week-end.

Président de la transition et plus que jamais candidat. Malgré les sanctions qui risquent de s’alourdir, Andry Rajoelina ne plie pas. Il « bétonne sa position », titrait même l’un des quotidiens nationaux de la Grande île lundi 8 juillet.

En déplacement à Majunga ce week-end, l’homme fort de la transition a inauguré un nouvel hôpital, et fait de la souveraineté de Madagascar le leitmotiv de son discours. Au centre des critiques, la communauté internationale, accusée de « faire le forcing », d’impartialité. Se référant à l’actualité en Égypte, Andry Rajoelina dénonce les « deux poids deux mesures ». D’un côté, la liberté d’un peuple à choisir ses dirigeants est « saluée », de l’autre elle est « sanctionnée ».

La mission de l’équipe de médiation de la SADC qui arrive ce 9 juillet à Madagascar s’annonce donc compliquée. D’autant que Lalao Ravalomanana, autre candidate contestée, est elle aussi déterminée à rester en course. L’ex-première dame a déjà dit qu’elle ne se retirerait pas, quand bien même ses adversaires choisiraient cette option.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.