Nigeria: les autorités disent négocier avec Boko Haram

Selon les autorités nigérianes, Abubakar Shekau (c), leader de Boko Haram, serait prêt à dialoguer.
© AFP PHOTO / YOUTUBE

Se dirige-t-on vers un cessez-le-feu entre les islamistes de Boko Haram et les forces armées dans le nord-est du Nigeria ? C'est en tout cas ce qu'ont annoncé au service haoussa de RFI les autorités nigérianes qui auraient engagé des négociations avec les insurgés.

« Boko Haram a accepté de déposer les armes ». C’est ce qu’a déclaré au service haoussa de RFI Kabiru Tanimu Turaki, le ministre des Affaires spéciales, membre du panel mis sur pied par le président nigérian Goodluck Jonathan, pour explorer l’idée d’une amnistie avec le groupe fondamentaliste. « Nous sommes en train de travailler au cadre du cessez-le-feu. Nous avons parlé aux bonnes personnes », a-t-il ajouté, en référence entre autres, à un certain Mohamed Marouane.

Ce dernier, inconnu jusque-là, s’est exprimé sur le service haoussa de RFI, en affirmant être mandaté par Abubakar Shekau, le leader de la secte, pour dialoguer. Il a déclaré que Boko Haram demandait « pardon à la société pour les personnes tuées », et il a rejeté toute responsabilité dans l’attaque de l’école, survenue le 6 juillet dernier, qui a fait 42 morts.

Scepticisme

De là à se diriger réellement vers un cessez-le-feu, comme l’affirment les autorités, les observateurs restent pour l’heure sceptiques. Dans ses vidéos, Abubakar Shekau n’a jamais demandé pardon. Au contraire, il a toujours insisté sur le fait que les meurtres perpétrés par la secte étaient justifiés. Les proches du dossier sont d’autant plus dubitatifs que ce n’est pas la première fois que des négociations sont annoncées.

L’armée, qui mène une offensive musclée dans les trois États du Nord-Est, a en tout cas déclaré ce jeudi ne pas être au courant d’un quelconque cessez-le-feu.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.