Sénégal: les neufs démineurs enlevés par un groupe rebelle en Casamance ont été libérés

Photo des otages en Casamance avant la libération des trois femmes du groupes.
© RFI/ Allen Yero Embalo

Après 70 jours de captivité, les neuf démineurs de la société sud-africaine Mechem ont pu recouvrer la liberté hier soir, vendredi 12 juillet. Ces démineurs avaient été enlevés par une branche du Mouvement des forces démocratiques de Casamance le 3 mai dernier dans l’arrondissement de Niassya, alors qu’ils menaient des opérations de vérification dans la zone. Un premier geste avait été accompli le 27 mai dernier, avec la libération de trois femmes faisant partie du groupe.

Ces trois mois de captivité ont suscité beaucoup d’émoi à Ziguinchor, dans le sud du Sénégal. D’abord parce que les démineurs sont tous originaires de la région. Ensuite, parce que leur libération a été annoncée puis repoussée à plusieurs reprises.

Le 7 juin dernier, après plusieurs jours de négociations, une lueur d’espoir est apparue avec la signature d’un accord de principe sur le déminage humanitaire entre l’Etat du Sénégal et la branche du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) dirigée par César Atoute Badiate. Cet accord annonce notamment la création d’un comité de suivi qui doit définir les zones à déminer.

Aucune rançon versée

Plusieurs acteurs ont pris part aux discussions avec cette branche armée du MFDC basée à Cassolol, en Guinée-Bissau. Parmi les facilitateurs intervenus figure l’ONG Mum ko mum, mais aussi l’ancien maire de Ziguinchor, Robert Sagna, accompagné de religieux sénégalais et bissau-guinéens. Ces facilitateurs sont formels : il n’y a pas eu de rançon, bien que la question pécuniaire ait été abordée lors des discussions.

A Mpack, ce samedi, les démineurs seront remis à leurs familles. « Nous attendons ce moment depuis longtemps, affirme la fille d’un otage contactée par RFI. Je suis très émue d’apprendre sa libération ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.