Le bilan s'alourdit après le déchaînement de violence entre communautés dans le sud-est de la Guinée

Alpha Condé, le président de la Guinée, a lancé un appel au calme à la télévision, mardi 16 juillet..
© upload.wikimedia.org

En Guinée, malgré un couvre-feu imposé depuis deux jours, la tension était encore palpable hier soir, mardi, dans les villes de Koulé et Nzérékoré. Deux communautés du sud-est du pays se déchirent depuis dimanche suite au passage à tabac qui a conduit à la mort d’un jeune homme. Les représailles ont provoqué des violences qui selon le dernier bilan officiel ont fait 16 morts et 80 blessés.

Des corps calcinés, des maisons brûlées et des habitants terrorisés. Voilà le bilan provisoire du déchaînement de violence qui frappe depuis dimanche les villes de Koulé et Nzérékoré, dans le sud-est de la Guinée.

Tout part d’une accusation de vol dans une station-service de la localité de Koulé. Plusieurs jeunes de la communauté koniankée sont pris pour cible et passés à tabac par des gardiens d’appartenance guerzée. L’un d’entre eux succombe à ses blessures. La suite, c’est un véritable déferlement de violence comme le raconte un commerçant de Nzérékoré : « Devant nous, un jeune a été égorgé et brûlé vif. Ça tirait dans toutes les directions. Jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de secours. On se demande aujourd'hui comment sortir pour faire la rupture du jeûne ».

Des renforts attendus

Face à cette escalade de violence, les autorités se sont vite retrouvées dépassées. Damantang Albert Camara, porte-parole du gouvernement, assurait toutefois hier que des renforts étaient attendus sur place : « Les forces de sécurité ont été déployées en deux temps, il y a eu un premier contingent et il y en a un deuxième qui est en train d’arriver sur les lieux, explique-t-il. Aujourd'hui effectivement, les forces de l’ordre sont déployées pour essayer de calmer la situation, c’est ça qui est le plus important ».

Ces violences, les pires entre les deux communautés depuis 1991 ont réveillé de vieilles rancœurs. Pour les apaiser, les autorités comptent sur l’arrivée depuis hier de « deux enfants du pays » : les colonels de l’armée Moussa Tiegboro Camara et Claude Pivi, tous deux appartenant aux communautés guerzée et koniankée.

Par ailleurs, face à ces violences hier, mardi, le président Alpha Condé a lancé un appel au calme à la Radio télévision guinéenne.

Je vous assure que toute la lumière sera faite pour identifier et traduire devant les tribunaux les auteurs et personnes responsables.

Alpha Condé
17-07-2013 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.