Mali: pour la justice française, l'otage Philippe Verdon a été abattu

Le Français Philippe Verdon à Moroni, aux Comores, en janvier 2004.
© AFP PHOTO/YOUSSOUF IBRAHIM

Philippe Verdon a été assassiné par ses ravisseurs d’Aqmi, selon le parquet de Paris. Le corps de cet entrepreneur français, enlevé en novembre 2011 à Hombori dans le nord du Mali, a été retrouvé il y a une dizaine de jours dans la région de Tessalit. Moins de 24 heures après le rapatriement de sa dépouille à Paris, les analyses menées lèvent le doute sur les circonstances de sa mort.

Le rapport d'autopsie transmis par le parquet de Paris est très formel : Philippe Verdon a été exécuté. Les examens menés depuis mercredi 17 juillet à de l'institut médico-légal de Paris indiquent qu'il a reçu une balle dans la tête. Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué l'exécution de l'otage français le 19 mars dernier, en représailles à l'opération militaire Serval.

Cet assassinat vient aussi contredire la thèse des proches de l'otage français, qui estimaient récemment que Philippe Verdon était mort des suites d'une maladie - il souffrait en effet de graves problèmes rénaux. « Pour nous, il est possible que Philippe soit mort à cause de ses pathologies et qu'Aqmi s'en serve pour une mise en scène », avait indiqué en début de semaine son comité de soutien.

Cet assassinat relance et modifie également la procédure judiciaire engagée en France au moment du rapt de Philippe Verdon et de Serge Lazarevitch, toujours détenu quant à lui. L'enquête préliminaire ouverte pour enlèvement est désormais élargie pour séquestration suivie de mort et assassinat en relation avec une entreprise terroriste. Une enquête qui est d'ailleurs confiée à la DCRI, la Direction centrale du renseignement intérieur français.

Lorsqu'il a confirmé en début de semaine que la dépouille de Philippe Verdon était authentifiée, François Hollande a réaffirmé que les responsables « devront être identifiés et traduits devant la justice ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.