Le groupe français d’investissement Wendel à la conquête de l’Afrique - Afrique - RFI

 

  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:43 TU Sessions d'information
  5. 07:00 TU Journal
  6. 07:10 TU Une semaine d'actualité
  7. 07:30 TU Journal
  8. 07:33 TU Une semaine d'actualité
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Atelier des médias
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:33 TU Atelier des médias
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:10 TU Sessions d'information
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU Sessions d'information
  25. 11:40 TU Orient hebdo
  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:15 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:43 TU Sessions d'information
  5. 07:00 TU Journal
  6. 07:10 TU Sessions d'information
  7. 07:30 TU Sessions d'information
  8. 07:43 TU Sessions d'information
  9. 08:00 TU Journal
  10. 08:10 TU Archives d'Afrique
  11. 08:30 TU Journal
  12. 08:40 TU Archives d'Afrique
  13. 09:00 TU Journal
  14. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  15. 09:30 TU Journal
  16. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  17. 10:00 TU Journal
  18. 10:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  19. 10:30 TU Journal
  20. 10:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  21. 11:00 TU Journal
  22. 11:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  23. 11:30 TU Journal
  24. 11:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  25. 12:00 TU Journal
fermer

Afrique

Coopération et Développement Entreprises France

Le groupe français d’investissement Wendel à la conquête de l’Afrique

media DR

Le groupe français d'investissement Wendel vient d'annoncer qu'il augmentait sa participation au capital de la société nigérianne IHS Holding. IHS holding est un spécialiste des infrastructures de télécommunications. L'entreprise affirme gérer un parc de 8 250 tours sur le continent africain et au Moyen-Orient. Pour Wendel, cette présence importante au capital d'une entreprise africaine est plus qu'un coup d'essai. C'est l'affirmation d'une stratégie mûrement réfléchie. Frédéric Lemoine, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée à l'époque de Jacques Chirac, est depuis quatre ans le président du directoire du groupe Wendel.

Aux yeux de Frédéric Lemoine, l'économie africaine depuis dix ans sur une trajectoire ascendante, va poursuivre dans les années à venir sa montée en puissance. Un groupe d'investissement comme Wendel ne peut donc qu'y être présent. Il l'est déjà, indirectement, à travers les entreprises dans lesquels ce groupe français, à la très longue histoire, a investi.

Frédéric Lemoine, président du directoire du groupe Wendel 14/10/2013 - par Jean-Pierre Boris écouter

Frédéric Lemoine évoque ainsi le groupe Veritas et ses trois mille salariés africains. Ou encore une entreprise alsacienne, spécialiste des fours à pain industriels qui a pu en vendre à des entrepreneurs congolais, à Kinshasa. Mais Wendel n'est pas un industriel. C'est un investisseur. « Nous avons indiqué que, pour l'ensemble du groupe Wendel, nous ferions entre 2013 et 2016, deux milliards d'investissements en fonds propres et qu'un tiers de cette somme serait réalisée sur le continent africain, ce qui est considérable par rapport au volume total d'investissement en Afrique », explique dans cet entretien, Frédéric Lemoine.

Aux yeux de Frédéric Lemoine, l'un des principaux arguments des groupes qui sollicitent les fonds du groupe Wendel, c'est leur présence concomitante sur plusieurs marchés africains. IHS, par exemple, est très présent au Nigeria, au Cameroun, en Côte d'Ivoire. Le président du directoire de Wendel reconnait recevoir énormément de dossiers. Mais sur cent dossiers, il y a 99 « non » et un seul « oui ». Une interview au cours de laquelle transparait malgré tout une orientation très ouest-africaine du groupe. Frédéric Lemoine n'évoque jamais l'Afrique de l'Est ou l'Afrique australe.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.