Législatives au Togo: l'Unir et le collectif Sauvons le Togo en tête


©

Au Togo, les premiers résultats du scrutin sont tombés dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 juillet, au siège de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Des résultats encore partiels, mais qui laissent entrevoir une tendance claire : les deux principales formations que sont l'Unir, le parti au pouvoir, et la coalition Sauvons le Togo, dirigée par Jean-Pierre Fabre, sont en tête, l'Unir devançant le CST. Il est cependant encore trop tôt pour avoir des projections en sièges.

Alors que la parti du président Faure Gnassingbé, l'Unir, semble en passe de réussir à conserver son leadership sur l’échiquier politique, la coalition Sauvons le Togo, emmenée par Jean-Pierre Fabre et son parti l’ANC, confirme qu’elle occupe désormais une place prépondérante au Togo.

Au vu des résultats partiels, elle dépasse largement, en termes de voix, l’autre coalition de l’opposition Arc-en-Ciel qui n’a pas réussi la percée espérée. Mais surtout la formation de Jean-Pierre Fabre, qui est principalement une dissidence de l’UFC de Gilchrist Olympio, vient de donner une amère leçon à ce dernier.

L’Union des forces de changement perd en effet beaucoup de terrain au profit de l’ANC, l'Alliance nationale pour le changement. Les électeurs ont sanctionné Gilchrist Olympio et sa politique d’alliance avec le pouvoir, comme ce fut le cas de la CPP en 1994 et 2005, et du CAR en 2006 après l’accord politique globale.

Une bipolarisation du paysage politique togolais

Au regard de cette première tendance, on peut déceler un changement générationnel dans la classe politique togolaise. L'Unir, le parti présidentiel est largement composé de nouvelles têtes, tandis du côté du CST Jean-Pierre Fabre s’affirme comme la figure de proue incontestable.

A deux ans de la prochaine présidentielle, ces législatives, qui étaient d’une certaine façon une répétition générale, ont le mérite de clarifier considérablement l’échiquier politique. Reste à connaître la répartition en siège de chacune des listes et à savoir si ces résultats seront acceptés de tous.

L'opposition attend la validation des résultats

L’opposition attend que les résultats des bureaux de vote soient validés au niveau des commissions électorales locales, puis au niveau de la commission nationale, avant de se prononcer. Echaudé par les expériences électorales passées, l’opposant Jean-Pierre Fabre, n’accorde pour l’heure aucun crédit aux premières tendances qui donnent le parti présidentiel Unir en tête, suivi du collectif Sauvons le Togo.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.