Au Sénégal, grand ménage au sein de la fonction publique - Afrique - RFI

 

  1. 09:30 TU Journal
  2. 09:33 TU Priorité santé
  3. 10:00 TU Journal
  4. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  5. 10:30 TU Journal
  6. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  7. 11:00 TU Journal
  8. 11:15 TU Sessions d'information
  9. 11:30 TU Journal
  10. 11:33 TU Sessions d'information
  11. 12:00 TU Journal
  12. 12:10 TU Sessions d'information
  13. 12:30 TU Journal
  14. 12:33 TU Sessions d'information
  15. 12:40 TU Grand reportage
  16. 13:00 TU Journal
  17. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 13:30 TU Journal
  19. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  20. 14:00 TU Journal
  21. 14:10 TU Autour de la question
  22. 14:30 TU Journal
  23. 14:33 TU Autour de la question
  24. 15:00 TU Journal
  25. 15:10 TU Radio foot internationale
  1. 09:30 TU Journal
  2. 09:33 TU Priorité santé
  3. 10:00 TU Journal
  4. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  5. 10:30 TU Journal
  6. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  7. 11:00 TU Journal
  8. 11:15 TU Sessions d'information
  9. 11:30 TU Journal
  10. 11:33 TU Sessions d'information
  11. 12:00 TU Journal
  12. 12:10 TU Grand reportage
  13. 12:30 TU Sessions d'information
  14. 13:00 TU Journal
  15. 13:10 TU Sessions d'information
  16. 13:30 TU Journal
  17. 13:33 TU Danse des mots
  18. 14:00 TU Journal
  19. 14:10 TU Autour de la question
  20. 14:30 TU Journal
  21. 14:33 TU Autour de la question
  22. 15:00 TU Journal
  23. 15:10 TU Radio foot internationale
  24. 15:30 TU Journal
  25. 15:33 TU Radio foot internationale
fermer

Afrique

Sénégal

Au Sénégal, grand ménage au sein de la fonction publique

media

Au Sénégal, un audit de la fonction publique a permis de déceler 23 000 cas de contentieux. Des fonctionnaires qui n’occupent plus leur poste, des cas de décès ou des arrêts maladie non justifiés. Cet audit, qui révèle toutes sortes d’anomalies, a débuté en novembre dernier et devrait permettre d’instaurer une meilleure gestion des ressources humaines dans la fonction publique.

La première phase de cet audit physique et biométrique de la fonction publique a permis de détecter plusieurs irrégularités. Cette enquête a révélé 23 000 cas de contentieux. Y figurent notamment 2 378 fonctionnaires fictifs, qui ont pu être identifiés et suspendus de la fonction publique, et quelque 9 892 agents non identifiés ne travaillant plus dans la fonction publique, mais percevant toujours un salaire.

Le cas le plus emblématique et relayé par la presse est celui d’Abdoulaye Baldé, ancien agent de l’inspection générale d’État qui, une fois passé ministre en 2009, a continué de percevoir une indemnité de fonctionnaire. Dans un communiqué diffusé ce mardi 30 juillet, il précise avoir pourtant rédigé une lettre de démission et averti l’autorité compétente. L’ancien ministre assure ne pas s’être rendu compte de cette erreur et s’engage à restituer cette indemnité perçue jusqu’en 2012.

Au ministère de la Fonction publique, on explique ces irrégularités par un système archaïque. Le but de cette opération est de mieux gérer la masse salariale de la fonction publique, qui s’élevait en 2012 à 460 milliards de francs CFA. Au-delà de l’aspect répressif, cet audit devrait également mettre à jour des données statistiques et le profil des fonctionnaires, afin de mieux cerner les besoins en termes de recrutement.

La deuxième phase de cet audit de la fonction publique démarre ce mercredi et devrait durer trois semaines. Cette enquête devrait permettre d’enrôler quelque 8 600 fonctionnaires.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.