Tunisie: qui sont vraiment les combattants que l’armée traque sur le mont Chaambi?

Les forces tunisiennes stationnées dans la zone du mont Chaambi pendant l'opération militaire près de la frontière algérienne, le 2 août 2013.
© AFP PHOTO / ABDERRAZEK KHLIFI

L'armée tunisienne a mené ce vendredi 2 août une opération militaire de grande ampleur dans l'ouest du pays, près de la frontalière algérienne. L'objectif est de tenter d'éradiquer un groupe armé qui a tué huit militaires tunisiens en début de semaine. Cela fait plusieurs mois déjà que l'armée tunisienne tente de le neutraliser. Les premiers accrochages remontent à décembre dernier. Mais qui sont ces combattants du mont Chaambi ?

C'est un groupe de combattants hétéroclite, mais déterminé. Le noyau dur est composé de jihadistes tunisiens et algériens. Selon le ministère de l'Intérieur, ils seraient directement liés à l'état-major d'Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique), basé dans le djebel côté algérien et qui leur fournirait armes et expertise technique.

En avril dernier, ils ont aussi été rejoints par des vétérans de la guerre dans le nord du Mali et plus précisément une section anciennement dirigée par Abou Zeid, l'un des chefs d'Aqmi, tué au cours de l'intervention française.

Au total, ils ne seraient pas plus d'une soixantaine. Mais il s'agit pour certains d'anciens militaires et donc de combattants aguerris. Longtemps, les autorités tunisiennes ont hésité à les traquer frontalement. Ce qui leur a laissé le temps de se renforcer et de s'entraîner à de nouvelles méthodes de combats et notamment le maniement d'engins explosifs improvisés capables d'exploser à distance au passage d'un individu ou d'une patrouille.

Des méthodes auxquelles les forces de sécurité tunisiennes ne sont pas habituées. Les effectifs sont mal entraînés, mal équipés aussi. Certains agents refuseraient même d'intervenir de peur d'essuyer une riposte.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.