Présidentielle malienne: il n'y aura pas de débat d'entre-deux tours


©

Au Mali, le débat télévisé n'aura pas lieu, à l’occasion de la campagne électorale éclair du second tour de la présidentielle. Un tel débat était souhaité par l’un des deux candidats, Soumaïla Cissé, qui avait lancé un appel à son adversaire sur notre antenne. Mais Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) décline la proposition.

Mahamadou Camara, porte-parole d'IBK, revient pour RFI sur les raisons qui, selon lui, ont poussé le camp IBK à ne pas souhaiter participer à un débat télévisé d'entre-deux tours.

« Nous avons été saisis hier par la commission d'égal accès aux médias d'Etat, qui proposait d'organiser ce débat le vendredi dans la soirée. Nous avons décliné la proposition de débat sur le format qui nous a été proposé. »

Un débat, ça prend du temps à se préparer, et nous préférons privilégier le terrain et la rencontre avec les Maliens, explique M. Camara. Nous avons eu l'impression que ce débat était pour certains comme une bouée de sauvetage. Nous, nous ne voulons pas que quelqu'un se noie, mais nous pensons que ça n'est pas la question. »  

« La vraie question, c'est quel est le choix que les Maliens doivent faire demain. Il se trouvait que nous avions déjà un plan de campagne, et nous avons préféré privilégier la rencontre avec les Maliens. Le président IBK le dit souvent : "une élection présidentielle, c'est une rencontre entre un peuple et un homme". Cette rencontre a eu lieu et est en cours. Nous ne pensons pas que les Maliens cherchent une rencontre sur un plateau entre deux candidats. Ils veulent connaître les projets des uns et des autres, sur le terrain, directement. »

Le compte à rebours est lancé

Cette campagne pour le second tour est probablement la plus courte de l’histoire du Mali. Une campagne de seulement 24 heures, durant lesquelles chaque seconde compte. Cette nuit, des volontaires ont collé des affiches à Bamako. On y voit par exemple des portraits des candidats malheureux du premier tour à côté du candidat du second tour qu’ils soutiennent.

Pour ce vendredi, les états-majors des deux candidats annonçaient deux grands meetings à Bamako, qui ont finalement été annulés. Les deux camps ont en revanche prévu des animations politiques, telles que des caravanes sillonnant le pays. Les objectifs de chacun sont clairs : tout faire pour confirmer les résultats du premier tour pour les uns, renverser la vapeur pour les autres.

La fin de la campagne aura lieu sur les antennes de l’Office de radiotélévision du Mali (ORTM). Là, chaque candidat aura droit à 15 minutes de parole.

Dossier spécial

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.