Le Zimbabwe aurait signé secrètement un contrat de vente d'uranium à l'Iran


©

C'est le quotidien britannique The Times qui rapporte l'information, ce samedi 10 août : Harare aurait signé avec Téhéran un contrat de vente d'uranium. Le journal cite le vice-ministre zimbabwéen des Exploitations minières, ministre sortant, qui dit avoir vu un contrat portant sur l'exportation d'uranium aux Iraniens. Une information à prendre avec des pincettes dans le contexte politique actuel : le parti MDC, auquel appartient ce ministre, a été largement battu aux dernières élections générales, le 31 juillet.

Difficile de savoir pour l'instant si cet accord secret a effectivement été signé entre le Zimbabwe et l'Iran. Selon un expert de la Zimbawe Economics Society joint par RFI, « ce serait surprenant et même peu problable qu'il y ait eu un tel arrangement ». « C'est une vieille histoire dont on reparle régulièrement », ajoute un consultant minier, contacté à Harare.

Ce spécialiste rappelle que, pour l'heure, le petit gisement de Kanyamba n'est pas encore en production. Selon ce consultant, la mine est convoitée par les Chinois, qui y réalisent déjà des études. « Et si ce sont les Chinois qui produisent au final l'uranium sur ce site », ajoute t-il, « cela ne devrait pas être a priori au profit de l'Iran ».

Soutien de Mugabe au programme nucléaire iranien

S'agit-il alors d'une manoeuvre politique de la part d'un ministre -sortant - des Mines ou d'un véritable accord secret ? Une chose est sûre, Robert Mugabe avait, en 2010, lors d'une visite de Mahmoud Ahmadinejab, soutenu le programme nucléaire iranien. En 2011, c'est le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères qui avait déclaré qu'Harare souhaitait coopérer avec Téhéran, pour extraire ses ressources d'uranium. Des déclarations qui s'apparentent pour l'instant surtout à un soutien politique. L'Iran n'a pas besoin de l'uranium zimbabwéen, soulignent plusieurs experts.

L’Iran a ses propres réserves d’uranium alors, à mon avis, l’accord est plutôt politique qu’économique. L’Iran n’a pas besoin de l’uranium zimbabwéen.
Gabrielle Hecht
10-08-2013 - Par RFI
Thomas Hubert


 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.