Génocide: la justice française renvoie en septembre son avis sur l’extradition de l'ex-colonel rwandais


©

La justice française a renvoyé au 12 septembre prochain la décision d'extrader ou non l'ancien colonel rwandais Laurent Serubuga. Recherché par les juridictions du Rwanda pour son rôle présumé dans le génocide de 1994, le militaire avait été arrêté en juillet dernier en France. Une décision des juges peu surprenante.

Cela est assez courant, en matière d'extradition. Comme ce sont des affaires complexes aux enjeux internationaux importants, les juges repoussent régulièrement leur décision.
Laurent Serubuga, devra donc patienter mi-septembre pour connaitre son sort. Mais en attendant, son avocat Me Thierry Massis demande la mise en liberté de son client.

« Compte tenu de son âge, de son état de santé, qu'il n’a jamais voulu se soustraire à la justice, j’ai de bonnes raisons de pouvoir penser qu’il est possible qu’il sorte », a déclaré son avocat. « Maintenant je ne peux pas en dire plus. Il y a le caractère aléatoire de la justice, il y a le fait que c’est un dossier lourd au niveau des poursuites, et donc ce serait bien qu’il puisse sortir avec un contrôle judiciaire tel que je l’ai demandé. »

Décision définitive le 12 septembre

Pour l'heure, Laurent Serubuga demeure incarcéré. Une incarcération incohérente, pour son avocat. « Jamais il n’a été poursuivi, ni en France, ni devant le TPIR. Alors qu’il a témoigné à décharge devant le TPIR, à aucun moment il n’a été recherché alors qu’il ne s’est jamais caché. »

Et la cour d'appel de Douai, dans le nord de la France, devrait se prononcer définitivement sur la demande d'extradition de l'ex-colonel rwandais, le 12 septembre prochain.