Soumaïla Cissé sur RFI: «Je souhaite sincèrement que le président Keïta réussisse son mandat»

Soumaïla Cissé (d.) ne renonce pas pour autant à la politique.
© Pierre René-Worms / RFI

Avant même la publication des résultats du second tour de la présidentielle au Mali, Soumaïla Cissé, le concurrent d’Ibrahim Boubacar Keïta, est allé rendre visite à celui-ci, lundi 12 août dans la soirée, pour reconnaître sa défaite. Soumaïla Cissé a justifié ce geste par « la tradition malienne », et espère que le « président Keïta » pourra faire face aux besoins des Maliens. Il dit ne pas renoncer cependant à la politique, ni même à une destinée présidentielle.

RFI : Pour quelle raison avez-vous choisi de rendre visite à votre adversaire ?

Soumaïla Cissé : J’ai été le voir contrairement aux habitudes de passer un coup de fil, parce que cela n’est pas vraiment dans la tradition malienne. La tradition malienne, c’est d’aller voir les aînés chez eux, de les féliciter et de les rassurer. J’ai été les voir avec mon épouse, avec mes enfants, et il m’a bien reçu. Ça a été un moment de convivialité mais je tenais surtout à être républicain. Un républicain c’est celui qui reconnaît sa défaite.

Vous reconnaissez votre défaite ou vous l’acceptez ?

Je reconnais et je l’assume. A ce stade-là, il ne faut plus rentrer dans la polémique, il faut dépasser ça. C’est l’avenir qui nous interpelle aujourd’hui. Je souhaite sincèrement que le président Keïta réussisse son mandat, qu’il puisse relever le défi, qu’il puisse faire face aux besoins immédiats des Maliennes et des Maliens dans un pays où il y a beaucoup de précarité, il y a beaucoup de difficulté.

Et cette dernière année a été une année terrible pour tous. Notre économie s’est effondrée et notre fierté a pris un coup. Donc nous avons un chantier énorme. Et je souhaite très sincèrement qu’il puisse réussir efficacement pour le bonheur de tous les Maliens.

La suite pour vous, c’est quoi ? C’est la fin d’une carrière politique ou vous rentrez de plain-pied maintenant dans le marigot politique local ?

Le président Keïta a donné l’exemple, il lui a fallu trois fois pour réussir et il a réussi. J'ai pour ma part déjà fait une tentative en 2002. Quand j’ai été à Ouagadougou, on m’a dit : « Ca y est, c’est fini, il est enterré ». Dieu merci, je suis encore là. Je suis un militant, un militant d’une cause.

Et cette cause je ne la veux pas pour moi, je ne veux pas réussir pour moi. Je veux réussir pour un courant, je veux réussir pour des amis, pour des gens qui me font confiance. Et c’est pour cela que nous ne devons pas lâcher prise. Je m’engage et je continuerai à m’engager parce que je dois beaucoup à ce pays qui m’a éduqué, qui m’a permis de faire des études, qui m’a instruit pour qu’un jour je puisse prétendre être président du Mali.

Je pense tout simplement à tous les paysans que j’ai connus à la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), à tous les agents qui ont travaillé avec moi au ministère des Finances, à la présidence, au ministère de l’Equipement. Je leur dois d’être leur porte-étendard et de pouvoir leur dire : « Nous aussi nous pouvons et nous devons parce que vous avez tellement fait pour moi ».

Je pense à tous ces camarades qui étaient de toujours avec moi, dans le Mali profond. Il y a beaucoup d’espoir, beaucoup d’espérance. Nous ne devons pas lâcher prise aujourd’hui. Nous devons continuer le combat et je continuerai ce combat.

J’ai été le [IBK, ndlr] voir avec mon épouse, avec mes enfants, et il m’a bien reçu. Ça a été un moment de convivialité, mais je tenais surtout à être républicain. Un républicain, c’est celui qui reconnaît sa défaite. […] A ce stade-là, il ne faut plus rentrer dans la polémique, il faut dépasser ça, c’est l’avenir qui nous interpelle aujourd’hui…

Soumaïla Cissé
13-08-2013 - Par Serge Daniel

Dossier spécial

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.