Début de la transition en Centrafrique: Michel Djotodia face à ses défis

Le nouveau président de la transition Michel Djotodia.
© REUTERS/Alain Amontchi

En Centrafrique, le président de la transition, Michel Djotodia, prête serment ce dimanche 18 août à Bangui. Cette prestation marque officiellement le début de la transition en Centrafrique, qui doit durer 18 mois. Alors que les attentes des Centrafricains sont fortes, des tirs ont été entendus dans la nuit de samedi à dimanche. Vers 3 heures du matin, heure locale, des fusillades ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale centrafricaine, notamment ceux de Boy Rabé et dans le 1er arrondissement de Bangui. Des tirs à l'arme automatique et au lance-roquettes précise notre correspondant sur place.

La prestation de serment de Michel Djotodia ce dimanche midi à Bangui marque le coup d’envoi de la transition en Centrafrique. Elle durera 18 mois, comme il est inscrit dans la charte constitutionnelle de transition. Désormais installé dans le fauteuil présidentiel, l’ancien chef rebelle doit rapidement se mettre au travail.

La liste des priorités est longue. Mais l’urgence reste la restauration de la paix et de la sécurité dans le pays. Autre chantier, l’organisation de l’administration territoriale, frappée par la crise, et la relance de l’économie, fragile depuis plusieurs décennies.

Désarmer et réinsérer les rebelles

Afin de retrouver la paix et la sécurité, Michel Djotodia doit procéder au désarmement et à la réinsertion des anciens rebelles qui l’ont conduit au pouvoir et qui sont répartis sur l’ensemble du territoire national. L’administration nationale doit, elle, être déployée à l’intérieur du pays où elle est encore inexistante depuis le début de la crise en décembre dernier.

Michel Djotodia doit organiser à l’issue de cette transition des élections libres, transparentes et démocratiques. Des élections auxquelles il n’aura pas le droit de se présenter, tout comme les autres dirigeants de la transition. « Je vais diriger la transition et à son issue, je m’en irai, applaudi », a d’ores et déjà assuré le président.


« Une mascarade », pour François Bozizé

Michel Djotodia a prêté serment ce dimanche comme nouveau président.  L'ancien président centrafricain François Bozizé dénonce une mascarade aux services des putschistes. Il critique l'implication du Tchad et du Soudan dans les affaires centrafricaines depuis sa chute en mars dernier. Son porte-parole, Lévi Yakété, dénonce notamment la présence du président tchadien Idriss Déby Itno lors de cette investiture.

[Michel Djotodia] n'est qu'une marionnette à la solde du Tchad et du Soudan. Il est arrivé dans des conditions qui ne sont pas acceptées par le peuple centrafricain. Il a renversé l'ordre constitutionnel représenté par le président François Bozizé.

Lévi Yakété
18-08-2013 - Par Mélissa Chemam

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.