Republier
M23 ONU RDC

Nord-Kivu : la ville de Goma visée par des tirs d’obus

Une jeune fille passe devant un tank de l'armée congolaise, près de Goma, le 7 août dernier.
© REUTERS/Thomas Mukoya

Des combats ont lieu depuis une semaine entre les forces congolaises et le M23, dans les environs de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. Ce jeudi, la ville de Goma a été touchée par des obus, dont certains auraient été tirés du territoire rwandais, qui ont tué au moins quatre personnes et blessé douze autres, selon un bilan provisoire. Le gouverneur du Nord-Kivu demande une intervention directe de la Monusco, la force des Nations unies déployée dans la région.

« Au total, nous avons essuyé cinq obus. Il y a une partie qui est tombée autour de l’université de Goma, une autre autour de la prison centrale. Et d’autres dans des quartiers habités de la ville de Goma, ce qui a inquiété l’ensemble de la population, alors que tout le monde était en train de suivre les affrontements, à plus de 15 km, entre les FARDC (Forces armées de la RDC, ndlr) et les éléments du M23 », a expliqué au micro de RFI Julien Paluku, gouverneur du Nord-Kivu.

« Le bilan actuel et provisoire est de quatre morts et douze blessés enregistrés. Mais comme les obus sont tombés dans des endroits différents, il est trop tôt pour donner un bilan définitif », a-t-il précisé. Il a également fait état d’une réunion des autorités de Goma avec le commandement de la région militaire.

La Monusco saisie par le gouverneur du Nord-Kivu

Il a également annoncé avoir saisi la Monusco. « Il y a quelques jours [la Monusco] a créé une zone de sécurité à Goma et dans ses alentours. La Monusco avait clairement dit et indiqué que si un obus tombait dans la zone de sécurité, elle allait directement entrer en jeu », souligne le gouverneur du Nord-Kivu. La Monusco l’a assuré qu’une cellule de crise devait se réunir, ce jeudi soir, pour « envisager des mesures urgentes à prendre au niveau des Nations unies ».

Des positions de la force de l'ONU ont d’ailleurs été visées, selon Martin Kobler, chef de la Monusco, qui a mis en garde la rébellion du M23. « Nous ne tolérerons aucune attaque de civils », a-t-il averti. La Monusco a par ailleurs promis de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'avancée des rebelles et protéger la population.

La Monusco avait clairement dit et indiqué que si un obus tombait dans la zone de sécurité, elle allait directement entrer en jeu.

Julien Paluku
22-08-2013

Certains habitants de Goma ont de plus affirmé avoir observé la trajectoire de quelques obus qui seraient venus du côté de Rubavu, en territoire rwandais. Selon certaines sources, il pourrait s'agir de représailles de l'armée rwandaise en réponse à des tirs partis du territoire congolais qui auraient endommagé quelques édifices au Rwanda.

On accuse le M23 d'être à l'origine de cette provocation destinée en réalité à donner un prétexte à l'armée rwandaise pour réagir. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, a parlé d'une situation préoccupante qui, si cela se confirmait, serait une violation flagrante de l'accord d'Addis-Abeba.

Nous ne comprenons pas pourquoi on tirerait sur la ville de Goma à partir du Rwanda dès lors que le Rwanda a toujours déclaré ne pas être concerné par ce qui se passe entre le M23 et les autorités congolaises.

Lambert Mende
23-08-2013 - Par Kamanda Wa Kamanda

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.