Mali: IBK et le gouvernement sortant travaillent à une passation de pouvoir en douceur


©

Initialement envisagée pour le 19 septembre, la prestation de serment du nouveau président élu, Ibrahim Boubacar Keïta, doit finalement avoir lieu le 4 septembre au Centre international de conférence de Bamako (CICB). Mais entre-temps, le processus de passation de pouvoir a déjà commencé et équipe sortante et équipe entrante travaillent déjà.

Pour être informé des grands dossiers en instance, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a désigné deux de ses proches : Oumar Tatam Ly, un fonctionnaire malien de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et Cheick Diarra, un ancien diplomate malien aux Etats-Unis. Les deux travaillent actuellement ensemble, notamment avec le secrétaire général de la présidence Ousmane Sy, pour une passation de pouvoir en douceur.

Parallèlement, le nouveau président élu continue les consultations en vue de la formation de son premier gouvernement. « Ce ne sera pas un partage de gâteau », a-t-il prévenu. Certains sont inquiets. Ils n'arrivent plus à joindre IBK et à défaut du chef, à en croire la presse malienne, c'est son fils Karim Keïta, qu'on appelle.

Il ne reste plus que dix jours avant l'investiture du président Keïta. L'équipe sortante gère pour le moment les affaires courantes. Plus de nominations en principe. Le ministre malien de l'Administration territoriale, qui envisageait de parler avec la classe politique de la date des futures législatives, abandonne son projet et remet la copie en poche.

Et enfin, pour son dernier Conseil des ministres cette semaine, l'actuel gouvernement pourrait annoncer la dissolution du CNRDRE [le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'État, ndlr], l'instance créée par les militaires putschistes du 22 mars 2012.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.