L'Arabie saoudite veut lutter contre les violences familiales


©

L’Arabie saoudite a adopté le 26 août un texte de loi condamnant les violences physiques, psychologiques et sexuelles ainsi que toutes formes d'exploitation humaine, commises au sein du domicile familial, mais aussi sur le lieu de travail. Une première dans un pays où le sujet reste largement tabou.

Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

Les autorités saoudiennes frappent un grand coup en promulguant ce texte de loi inédit qui vise à protéger, une fois n’est pas coutume, femmes et enfants de toutes formes de maltraitance, physiques, psychologiques et sexuelles. Bourreaux et autres tortionnaires sont désormais passibles d’un an de prison et d’une amende pouvant atteindre 10 000 euros.

Les associations de protection du droit des femmes se sont battues pour en arriver là. Ces militantes ont beau se réjouir de cette loi, il n’empêche qu’elles émettent à juste titre un bémol.

Il faut en effet savoir qu’en Arabie saoudite, les femmes sont inféodées à un tuteur qui peut être leur père, leur mari ou un membre masculin de la famille. En clair, lorsqu’une victime de violences veut porter plainte à la police, elle doit le faire en présence de son tuteur qui est très souvent son bourreau.

Dans une société ou la violence faite aux femmes est un sujet tabou, comment ne pas considérer alors le tutorat comme la première cause de maltraitance ?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.