Niger: deux ressortissants français pris à partie par des manifestants


©

Deux Français ont été pris à partie par la foule, ce dimanche 1er septembre, lors d'une manifestation contre les barrages des forces de l'ordre à Niamey. Les deux ressortissants ont été caillassés et légèrement blessés. L'un d'entre eux a pu s'échapper rapidement. Selon des informations recueillies par RFI, le second a été retenu par les manifestants pendant plusieurs heures avant d’être relâché au milieu de la nuit, près de l’ambassade de France, sous la pression des forces de l’ordre. 

Selon le gouverneur de Niamey, le deuxième Français retenu par les manifestants a été libéré vers 2 h du matin (heure locale) et a été immédiatement transporté à l’hôpital de Magori, où était déjà soigné son compatriote ayant réussi à s'échapper quelques heures plus tôt. Ils ne souffriraient que de blessures légères.

Depuis plusieurs semaines les habitants de Niamey se plaignent d’impressionnants barrages policiers qui rendent la circulation et la vie complexes dans l’ouest de la capitale. Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu. Celle de ce dimanche a dégénéré en affrontements avec les forces de l'ordre.

Des mesures sécuritaires jugées pesantes pour une partie de la population

Pour le ministre de l'Intérieur, l'agression envers les deux Français est essentiellement le fait de jeunes manifestants excédés par le dispositif sécuritaire aux alentours des ambassades étrangères: « Nous avons pris des mesures depuis quelques mois compte tenu du contexte sécuritaire régionale pour protéger les ambassades. C’est notre devoir de garantir la sécurité des ambassades menacées par les terroristes ».

Des jeunes projetaient d'attaquer à coup de pierres les ambassades française et américaine situées dans le secteur. « Ce n’est pas tout Niamey qui s’embrasse, c’est seulement le quartier qui jouxte les ambassades et une partie des jeunes de ce quartier », tient à préciser le ministre Massaoudou. « La manifestation était violente. Ils étaient armés de couteaux et de cocktail Molotov, les forces de l’ordre sont intervenues et ont rétabli l’ordre. »