Mali: le nouveau président IBK investi dans ses fonctions


©

Une page se tourne au Mali avec la passation de pouvoir qui a eu lieu, ce mercredi 4 septembre 2013 au matin, au palais de Koulouba, entre le président sortant Dioncounda Traoré et le nouveau maître du pays, Ibrahim Boubacar Keïta, élu le 11 août. Le président IBK, comme on l’appelle au Mali, a ensuite prêté serment au Centre international de Bamako devant la Cour suprême.

C’est accompagné de son épouse vêtue de blanc qu'Ibrahim Boubacar Keïta est arrivé au palais de Koulouba ce mercredi matin, en costume sombre et lunettes de soleil. Tenue sobre et stricte pour ce jour solennel de passation du pouvoir avec Dioncounda Traoré.

Cliquer pour agrandir
Le nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta juste après son investiture, le 4 septembre 2013. © REUTERS/Joe Penney

C’est ensuite au palais des congrès, devant de nombreux officiels et quelques griots, que le nouveau chef de l’Etat a prêté serment. Devant le président de la Cour suprême, le nouvel homme fort du pays a juré de préserver les acquis démocratiques, il s’est engagé à garantir l’unité nationale et l’intégrité territoriale. Des mots qui prennent un sens particulier après « la nuit noire ponctuée de cauchemars » dans laquelle le pays a été plongé cette année, selon les mots du nouveau président.

Durant 15 minutes, Ibrahim Boubacar Keïta a ensuite rendu une série d’hommages : d’abord à « un grand républicain », l’ancien président Moussa Traoré présent dans la salle, puis à Dioncounda Traoré, pour son « calme olympien et son sens du devoir ». Et enfin, à Soumaila Cissé, son petit frère qui a reconnu sa défaite à l’élection.

« Dès demain, a promis le chef de l’Etat,  j’œuvrerai pour trouver des solutions robustes en vue d’une paix durable ». Avant d’ajouter : « Je serai le garant d’un Etat fort ».

Cette investiture sera célébrée de manière plus festive, le 19 septembre, en présence de plus de 25 chefs d’Etat et chefs de gouvernements au grand stade de Bamako.