Biens mal acquis: Interpol ne recherche plus le fils du président équato-guinéen Teodorin Obiang - Afrique - RFI

 

  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU La bande passante
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:33 TU La bande passante
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Couleurs tropicales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Couleurs tropicales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Accents d'Europe
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Danse des mots
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Autour de la question
  18. 23:30 TU Journal
  19. 23:33 TU Autour de la question
  20. 18:30 TU Journal
  21. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  22. 19:00 TU Journal
  23. 19:10 TU Musiques du monde
  24. 19:30 TU Journal
  25. 19:33 TU Musiques du monde
  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Grand reportage
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Accents d'Europe
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU La bande passante
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU La bande passante
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Radio foot internationale
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Radio foot internationale
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Guinée Equatoriale

Biens mal acquis: Interpol ne recherche plus le fils du président équato-guinéen Teodorin Obiang

media

Interpol a décidé de retirer de son réseau le mandat d'arrêt français visant le fils du président équato-guinéen, Téodorin Obiang Nguema. L'agence l'a notifié à l'intéressé et à ses avocats. Le mandat d'arrêt, pour autant, est toujours valable en France.

Maître Emmanuel Marsigny Avocat de Téodorin 06/09/2013 - par Laurent Correau écouter

Peu de temps après l'émission par la France d'un mandat d'arrêt international auprès d'Interpol, en juillet 2012, les avocats de Teodorin Obiang Nguema avaient saisi l'organisation en affirmant que ce mandat était illégal. Selon les documents que RFI a pu consulter, ils avaient notamment qualifié l'affaire de politique et estimé que le statut de second vice-président de leur client lui assurait une immunité de poursuites.

C'est cette requête qui vient de déboucher. Dans un courrier en date du 30 août, la commission de contrôle des fichiers de l'organisation internationale indique aux avocats que « les informations communiquées par la France (...) ont été supprimées des fichiers d'Interpol ». Le courrier est laconique. Interpol ne dit rien des raisons qui l'ont poussée à prendre cette décision.

Le mandat d'arrêt de la justice française avait, en tout cas, été émis après une perquisition dans un hôtel particulier parisien et le refus de Téodorin Obiang Nguema de répondre à deux convocations adressées par les juges français. Il avait par la suite été diffusé dans l'espace européen Schengen et les autorités françaises l'avaient transmis à Interpol, afin qu'il ait une application internationale. La décision d'Interpol réduit donc le champ d'application du mandat, sans mettre fin aux recherches françaises.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.