Malala poursuit son combat pour l’alphabétisation des femmes et des enfants

Dans une classe de primaire à Brazzaville.
© Getty Images/UIG/BSIP

La journée internationale de l’alphabétisation a lieu ce dimanche 8 septembre. L’objectif d’une telle mobilisation est de sensibiliser le public sur les presque 800 millions d’analphabètes dans le monde. Parmi eux, les femmes sont les premières victimes, mais aussi les premières à se battre pour avoir accès à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. La jeune Pakistanaise Malala, qui a reçu ce 6 septembre le Prix international de la paix des enfants, est le symbole de ce combat qu’elle mène non seulement au nom des femmes mais aussi de tous les enfants.

« L’éducation et l’alphabétisation des femmes et des filles demeurent un défi planétaire » déclarait l’an dernier Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco. Le défi est gigantesque et les données parlent d’elles-mêmes. Moins de 40% des pays assurent aux filles et garçons un accès égal à l’éducation. Sur les presque 800 millions d’adultes analphabètes dans le monde, deux tiers d’entre eux sont des femmes, vivant en Asie du Sud, en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient. Au Soudan du Sud, 88% des femmes sont analphabètes, 50% le sont en Inde comme au Bangladesh…

Une mère qui sait lire accroit les chances de survie de ses enfants

76 pays sur 180 n’ont pas atteint la parité entre les sexes dans le primaire et les disparités sont presque toujours au détriment des filles. En Afrique subsaharienne, près de 12 millions de filles risquent de n’être jamais scolarisées, alors qu’un enfant dont la mère sait lire a 50% de chances de plus de passer le cap des cinq ans…

Pourtant, en l’an 2000, la communauté internationale s’est engagée à améliorer le taux d’alphabétisme dans le monde de 50% d’ici 2015. Et 86 pays risquent de ne pas réaliser la parité entre les sexes même en 2015. Une pétition diffusée par internet demandant aux 193 pays membres de l'ONU de financer écoles et enseignants afin de tenir leur promesse d'ici à 2015 a ainsi été remise au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon des mains la jeune Malala, le 12 juillet dernier.

Malala, « la jeune fille la plus courageuse du monde »

Parce que dans cette lutte contre l’analphabétisme des femmes et des filles Malala Yousafvai fait figure d’exemple. Elle est aujourd'hui le symbole du droit à l’éducation des filles, et désormais des enfants en général. Son histoire a fait le tour du monde.

Malala est Pakistanaise. Elle est née en 1997 à Mingora, dans le district de Swat au nord-ouest du pays, une zone où l’influence des talibans est omniprésente.

Parce qu’elle lutte depuis cinq ans pour l’éducation des filles et contre les talibans, elle a été victime en octobre 2012 d’une tentative d’assassinat dans un bus scolaire alors qu’elle regagnait sa maison. Un taliban lui tire alors en pleine tête à bout portant. Gravement blessée, elle est envoyée au Royaume-Uni où elle réside depuis.

Le Pakistan est un cas d’école. Là-bas, le système éducatif a beaucoup souffert de l’occupation talibane dans certaines zones tribales. Nombre d’écoles pour filles ont été dynamitées, incendiées et les violences faites aux femmes sont fréquentes. Sous le joug des talibans, la charia la plus virulente est appliquée et la femme n’est que l’ombre de l’homme.

Malgré la reprise de cette zone en mai 2009 par l’armée pakistanaise, le processus de reconstruction est très lent. Et plus difficile encore pour les filles car la discrimination fondée sur le sexe est omniprésente. Elles n'ont pas accès aux services de base et ne peuvent participer pleinement à la vie en société.

Ainsi, le 12 juillet, à la tribune des Nations unies, Malala est ovationnée. « Les talibans pensaient qu’une balle pourrait nous réduire au silence mais ils ont échoué (…) Et du silence sont sorties des milliers de voix ». Et Ban Ki-moon de commenter : « Ce dont les terroristes ont le plus peur, c’est que les jeunes soient éduqués ».

Près de 4 000 écoles détruites en deux ans

En 2012 dans le monde, plus de 3 600 attaques portées contre l'éducation, incluant des

violations, des tortures, parfois mortelles, ou de l'intimidation, dont sont victimes enfants et enseignants ont été rapportées et compilées dans un rapport de l'UNESCO et Save The Children. En deux ans, 3 900 écoles ont été détruites.

Ce 3 septembre, lors de l’inauguration de la nouvelle bibliothèque publique de Birmingham en Grande-Bretagne, Malala a rappelé que près de 60 millions d’enfants dans le monde n’allaient pas à l’école. « N’oublions pas que même un seul livre, un stylo, un enfant et un professeur peuvent changer le monde », a lancé la « jeune fille la plus courageuse du monde » selon les mots de Gordon Brown, et déjà pressentie pour l’obtention du prochain prix Nobel de la paix.


Ecoutez l'émission 7 milliards de voisins consacrée à la journée mondiale de l'alphabétisation