Le retrait du mandat d’Interpol contre le fils Obiang est purement «technique» pour les ONG

Teodorin Obiang Nguema est soupçonné d'avoir détourné de fortes sommes d'argent.
© AFP / Abdelhak Senna

Interpol a décidé de retirer de son réseau le mandat d'arrêt émis par la France contre Teodorin Obiang Nguema, le fils du président équato-guinéen, dans l’affaire des biens mal acquis. Dans le courrier qu'elle a adressé le 30 août dernier à ses avocats, l'organisation ne disait rien des raisons pour lesquelles elle avait décidé ce retrait et les avocats des deux parties ont deux lectures radicalement différentes de cette décision : alors que les avocats du vice-président équato-guinéen parlent de reconnaissance de leurs arguments sur le fond, les ONG qui luttent contre les biens mal acquis affirment que ce retrait est purement technique. Il est, disent-ils, lié à l'absence de transmission physique du mandat d'arrêt par la France à Interpol.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.