Le retrait du mandat d’Interpol contre le fils Obiang est purement «technique» pour les ONG - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Priorité santé

 

  1. 00:33 TU Priorité santé
  2. 01:00 TU Journal
  3. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  4. 01:30 TU Journal
  5. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  6. 02:00 TU Journal
  7. 02:10 TU Couleurs tropicales
  8. 02:30 TU Journal
  9. 02:33 TU Couleurs tropicales
  10. 03:00 TU Journal
  11. 03:15 TU Sessions d'information
  12. 03:30 TU Journal
  13. 03:33 TU Sessions d'information
  14. 03:40 TU Accents d'Europe
  15. 04:00 TU Journal
  16. 04:15 TU Sessions d'information
  17. 04:30 TU Journal
  18. 04:33 TU Sessions d'information
  19. 04:37 TU Grand reportage
  20. 04:57 TU Sessions d'information
  21. 05:00 TU Journal
  22. 05:15 TU Sessions d'information
  23. 05:30 TU Journal
  24. 05:40 TU Sessions d'information
  25. 05:50 TU Sessions d'information
  1. 00:33 TU Priorité santé
  2. 01:00 TU Journal
  3. 01:10 TU 7 milliards de voisins
  4. 01:30 TU Journal
  5. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  6. 02:00 TU Journal
  7. 02:10 TU Couleurs tropicales
  8. 02:30 TU Journal
  9. 02:33 TU Couleurs tropicales
  10. 03:00 TU Journal
  11. 03:15 TU Sessions d'information
  12. 03:30 TU Sessions d'information
  13. 04:00 TU Journal
  14. 04:15 TU Sessions d'information
  15. 04:30 TU Sessions d'information
  16. 05:00 TU Journal
  17. 05:15 TU Sessions d'information
  18. 05:30 TU Sessions d'information
  19. 06:00 TU Journal
  20. 06:15 TU Sessions d'information
  21. 06:30 TU Journal
  22. 06:43 TU Sessions d'information
  23. 07:00 TU Journal
  24. 07:10 TU Sessions d'information
  25. 07:30 TU Sessions d'information

Dernières infos

fermer

Afrique

EN BREF France Guinée Equatoriale Justice

Le retrait du mandat d’Interpol contre le fils Obiang est purement «technique» pour les ONG

media  

Interpol a décidé de retirer de son réseau le mandat d'arrêt émis par la France contre Teodorin Obiang Nguema, le fils du président équato-guinéen, dans l’affaire des biens mal acquis. Dans le courrier qu'elle a adressé le 30 août dernier à ses avocats, l'organisation ne disait rien des raisons pour lesquelles elle avait décidé ce retrait et les avocats des deux parties ont deux lectures radicalement différentes de cette décision : alors que les avocats du vice-président équato-guinéen parlent de reconnaissance de leurs arguments sur le fond, les ONG qui luttent contre les biens mal acquis affirment que ce retrait est purement technique. Il est, disent-ils, lié à l'absence de transmission physique du mandat d'arrêt par la France à Interpol.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.