Le retrait du mandat d’Interpol contre le fils Obiang est purement «technique» pour les ONG - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute GEOPOLITIQUE 2 D

 

  1. 18:40 TU GEOPOLITIQUE 2 D
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU La marche du monde
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:33 TU La marche du monde
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Internationales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Internationales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Mondial sports
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Mondial sports
  14. 22:00 TU Journal
  15. 22:10 TU Le débat africain
  16. 22:30 TU Journal
  17. 22:40 TU Le débat africain
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Carrefour de l'Europe
  20. 23:30 TU Journal
  21. 23:33 TU Carrefour de l'Europe
  22. 18:30 TU Sessions d'information
  23. 19:00 TU Journal
  24. 19:10 TU La bande passante
  25. 19:30 TU Journal
  1. 18:40 TU GEOPOLITIQUE 2 D
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Mémoire d'un continent
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Littérature sans frontières
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Dimanche politique
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Mondial sports
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Mondial sports
  14. 22:00 TU Journal
  15. 22:10 TU Le débat africain
  16. 22:30 TU Journal
  17. 22:40 TU Le débat africain
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  20. 23:30 TU Journal

Dernières infos

  • Le Suisse Stanislas Wawrinka a remporté le tournoi de Monte-Carlo pour la première fois de sa carrière en battant Roger Federer
  • Cyclisme : le Belge Philippe Gilbert remporte la 49e édition de l’Amstel Gold Race
  • Yémen: l'attaque de drone ciblant al-Qaïda samedi a fait 30 morts, selon un nouveau bilan
fermer

Afrique

EN BREF France Guinée Equatoriale Justice

Le retrait du mandat d’Interpol contre le fils Obiang est purement «technique» pour les ONG

media  

Interpol a décidé de retirer de son réseau le mandat d'arrêt émis par la France contre Teodorin Obiang Nguema, le fils du président équato-guinéen, dans l’affaire des biens mal acquis. Dans le courrier qu'elle a adressé le 30 août dernier à ses avocats, l'organisation ne disait rien des raisons pour lesquelles elle avait décidé ce retrait et les avocats des deux parties ont deux lectures radicalement différentes de cette décision : alors que les avocats du vice-président équato-guinéen parlent de reconnaissance de leurs arguments sur le fond, les ONG qui luttent contre les biens mal acquis affirment que ce retrait est purement technique. Il est, disent-ils, lié à l'absence de transmission physique du mandat d'arrêt par la France à Interpol.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.