Mali: accrochages entre l’armée malienne et des touaregs

Un enfant, devant une fresque peinte sur un mur de Tombouctou, le 24 juillet 2013.
© REUTERS/Joe Penney

Des incidents ont eu lieu entre l'armée malienne et des touaregs, ce mercredi 11 septembre, à Fooïta, non loin de Léré, près de la frontière mauritanienne. L'armée malienne affirme qu’il s’agit d'une opération de sécurisation, entamée depuis plusieurs jours et destinée à lutter contre le banditisme qui gangrène cette zone frontalière. Plusieurs responsables du MNLA, joints par RFI, dénoncent, eux, une violation des accords de Ouagadougou.  

Les accrochages ont démarré un peu à avant 9 heures, ce mercredi matin. Selon, un porte-parole du MNLA contacté par RFI, une vingtaine de 4x4 et huit blindés de l'armée malienne auraient encerclé et tiré sur un campement à Fooïta où se sont regroupés des combattants des deux groupes touaregs MNLA et du HCUA.

Le porte-parole de l'armée confirme des « escarmouches » sans toutefois donner de bilan et affirme que cette intervention s'inscrit dans le cadre d'une opération de sécurisation entamée en fin de semaine dernière et menée depuis aux environs de Léré, et Nyafunke, notamment. Une opération destinée à lutter contre le banditisme armée dans la région.

A (RE)LIRE : Mali: bientôt des assises nationales au Nord

L'armée évoque un problème de « banditisme »

« Nous avons constaté qu’il y a eu des vols de bétails. Des forains sont attaqués, dépossédés de leurs biens. La population elle-même se plaint de ce banditisme », explique le lieutenant-colonel Souleymane Maïga, porte-parole de l'armée malienne.
« Si des individus sèment la terreur au sein de la population en se faisant passer pour des combattants du Mouvement national de libération de l’Azawad, je pense qu’il y a vraiment un problème », estime-t-il.

Il affirme également qu’« il ne s’agit pas de créer des situations conflictuelles avec les groupes armés », mais de « remplir ses missions régaliennes : sécuriser les populations, en vue du retour de la paix sur l’ensemble du territoire national ».

Le MNLA dénonce une violation des accords de Ouagadougou

Ag Ibrahim Mohamed Assaleh, cadre du MNLA et membre du Comité de suivi des accords de Ouagadougou, dénonce pour sa part une violation de ces accords. Il assure que cette zone de Fooïta, près de Léré, où ont eu lieu les affrontements d’aujourd'hui, a été décrétée « zone de regroupement » en vue d'un cantonnement, en accord avec les autorités maliennes, il y a quelques jours. C'est à la suite de cette décision que le MNLA a demandé à ses hommes présents dans la zone de s'y rassembler.

Une affirmation que dément le porte-parole de l’armée, qui assure n'avoir pas été informé d'une telle décision. Ce mercredi soir, le calme semble revenu. Aucune perte humaine n'est à déplorer pour le moment.

A (RE)LIRE : Mali: les grandes lignes de l’accord signé à Ouagadougou

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.