Une nouvelle source majeure d’eau douce découverte au Kenya


©

De l'eau pour les 70 années à venir, le Kenya est en train de vivre les bienfaits d'une grande découverte. Celle du bassin souterrain de Lotikipi dans la région de Turkana, un des endroits le plus chaud et sec du pays. La nappe phréatique, composée d'eau pure, a été découverte par Alain Gachet, président de Radar Technologies International, et inventeur du système Watex qui a permis de cartographier et sonder la région. Il répond aux questions de Lilia Blaise.

RFI : Au Kenya, près de 17 millions de personnes sur 41 millions d'habitants, n'ont pas accès à l'eau potable principalement dans la région du Turkana, où vous avez travaillé ?

Alain Gachet : Le pouvoir kényan est très préoccupé par la zone la plus déserte du nord-ouest du Kenya, qui s’appelle le Turkana. C’est une zone où il y a moins de 200 millimètres de pluie par an. La population y vit quasiment comme du temps de la préhistoire. Ils ont des troupeaux qu’ils sont obligés de nomadiser parce qu’il n’y a pas d’eau. Ils boivent le sang des bêtes, sans les tuer, mélangé à du lait. Il n’y a aucune culture possible, donc ils ne consomment aucun fruit ni aucun légume.

RFI : Cette découverte va donc avoir un impact direct sur les populations locales ?

Depuis la crise du Darfour en 2004, nous essayons de mettre en œuvre dans cette région les technologies que nous avons inventées. Il s’agit du le système WATEX –Water exploration – que j’ai mis au point personnellement et que j’ai appliqué. Au bout de quatre mois, j’ai compris qu’il y avait des réserves souterraines extrêmement importantes au Turkana. Des réserves qui sont équivalentes au volume du lac Turkana lui-même, mais cette fois-ci, c’est de l’eau douce. Ce qui représente bien sûr une découverte fondamentale pour tout ce peuple Turkana qui va pouvoir cultiver ses propres ressources.

RFI : Une découverte qui pourrait en amener d’autres ?

Les quantités d’eau découvertes correspondent à peu près à l’équivalent de l’eau déjà utilisée, consommée au Kenya. Maintenant cette découverte, elle va amener d’autres choses beaucoup plus grandes. Le gouvernement du Kenya a des idées d’industrialisation. J’espère que ça va amener beaucoup de prospérité dans cette partie du Kenya. En plus, le gouvernement kényan, conscient de la puissance de l’outil utilisé lors de cette découverte, est en train de voir dans quelle mesure il pourrait couvrir l’ensemble du Kenya avec ce procédé, de façon à avoir un plan directeur pour l’agriculture et pour subvenir aux besoins de la population et améliorer les conditions de tous les jours.