Centrafrique : le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté au Cameroun - Afrique - RFI

 

  1. 22:10 TU Archives d'Afrique
  2. 22:30 TU Journal
  3. 22:40 TU Archives d'Afrique
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU Si loin si proche
  6. 23:30 TU Journal
  7. 23:33 TU Si loin si proche
  8. 22:10 TU Le débat africain
  9. 22:30 TU Journal
  10. 22:40 TU Le débat africain
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Internationales
  13. 23:30 TU Journal
  1. 22:10 TU Archives d'Afrique
  2. 22:30 TU Journal
  3. 22:40 TU Archives d'Afrique
  4. 23:00 TU Journal
  5. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  6. 23:30 TU Journal
fermer

Afrique

Cameroun François Bozizé Justice République centrafricaine Seleka

Centrafrique : le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine arrêté au Cameroun

media

Abdoulaye Miskine, le chef rebelle centrafricain du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) a été arrêté au Cameroun, lundi soir. Cet ancien allié de la Seleka, la coalition qui a fait tomber François Bozizé, était recherché par les nouveaux maîtres de Bangui. Réfugié au Cameroun, ce sont finalement les forces de l’ordre de ce pays qui l’ont interpellé.

Aucune confirmation officielle n’est venue de Yaoundé mais selon plusieurs sources sécuritaires, Abdoulaye Miskine aurait été arrêté lundi soir dans un hôtel de Bertoua, à l’est du pays.

Le chef rebelle centrafricain, interpellé par des éléments de la Direction de surveillance du territoire (DST), serait à présent détenu dans la capitale camerounaise, Yaoundé.

C’est la fin d’une cavale de plusieurs mois pour cet ancien allié de la Seleka, la coalition qui a fait tomber le régime de François Bozizé.

Abdoulaye Miskine – en désaccord avec les nouveaux maîtres de Bangui – avait, en effet, pris la fuite, peu après le coup de force, quelque part près de la frontière camerounaise.

D’abord traqué par la Seleka en Centrafrique, Abdoulaye Miskine, qu’on disait passé du côté de la frontière camerounaise, était également recherché par la police du Cameroun. Pour quelles raisons exactement ? Une source militaire explique que Miskine se servait de l’Est camerounais comme base arrière et était susceptible de déstabiliser la sécurité de la région. Sécurité déjà mise à mal par l’afflux de réfugiés et d’hommes en armes fuyant la Centrafrique après le coup de force de mars dernier.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.