Mali: les 150 soldats tchadiens déserteurs réunis dans la zone de Gao - Afrique - RFI

 

  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:10 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:40 TU Sessions d'information
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:39 TU Sessions d'information
  7. 07:40 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Une semaine d'actualité
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:33 TU Une semaine d'actualité
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Atelier des médias
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Atelier des médias
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Sessions d'information
  1. 06:00 TU Journal
  2. 06:10 TU Sessions d'information
  3. 06:30 TU Journal
  4. 06:40 TU Sessions d'information
  5. 07:10 TU Sessions d'information
  6. 07:39 TU Sessions d'information
  7. 07:40 TU Sessions d'information
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Archives d'Afrique
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Archives d'Afrique
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Une semaine d'actualité
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Une semaine d'actualité
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT S 1
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT S 2
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Afrique presse
fermer

Afrique

Défense Idriss Déby Itno Mali ONU Tchad

Mali: les 150 soldats tchadiens déserteurs réunis dans la zone de Gao

media Des soldats tchadiens au Mali. (Ici à Kidal le 7 février 2013.) Cheick Diouara/Reuters

C’est l’histoire qui fâche. Depuis lundi, cent cinquante soldats tchadiens de la force de l’ONU au Mali ont quitté leur base de Tessalit pour réclamer le paiement de leurs arriérés de soldes et de meilleures conditions. Ce mercredi 18 septembre, ils se sont rejoints à Gao. Une situation compliquée pour les autorités tchadiennes, car l'image de l'armée est écornée. Elles tentent de trouver une solution rapide à cette crise.

Depuis le milieu d'après-midi, les 150 frondeurs sont dans la zone de Gao. Les officiers de ce contingent sont actuellement en réunion avec une partie de l'état-major tchadien - venu de Ndjamena - et un officier sénégalais de la Mission de maintien de la paix des Nations unies (Minusma). Des retrouvailles sans doute compliquées.

Selon un cadre de la force onusienne, l'objectif serait de convaincre les soldats de retourner dans leur base de Tessalit, le temps de faire monter la relève tant attendue par ces éléments qui sont dans le grand nord du Mali depuis neuf mois. D'après un officier français en poste à Bamako, Ndjamena aurait d'ailleurs accéléré ce processus depuis le début de cette crise.

Selon une source militaire basée au Mali, une somme d'argent, 150 000 francs CFA, serait remise à chaque soldat en échange d'un retour dans la base d'Amachach.

Des informations difficiles à confirmer. En effet, depuis la mi-journée, les autorités tchadiennes, présidence comme gouvernement, sont injoignables. Cette affaire arrive en tout cas au plus mauvais moment pour le président tchadien, Idriss Déby, qui sera demain à Bamako pour la cérémonie marquant le début du quinquennat d’Ibrahim Boubacar Keita.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.