Sénégal : vers la fin de la pénurie d'eau potable à Dakar


©

L'approvisionnement de Dakar et sa région en eau potable devrait retrouver son cours normal, progressivement d'ici jeudi. C’est l’assurance donnée par le directeur général de la Sénégalaise des eaux Mamadou Dia lors d'une rencontre avec la presse. Des centaines de milliers de Dakarois sont confrontés depuis près d'une semaine à une pénurie d'eau consécutive à une panne localisée au niveau d'une conduite qui alimente la capitale sénégalaise en précieux liquide. Une fuite difficile à colmater.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

C’est le lac de Guiers, situé à 250 km de Dakar qui alimente la capitale et ses banlieues en eau potable via deux conduites et c’est l’une d’elles, celle située à la station de Keur Momar Sarr qui a rompu à hauteur d’un piquage, c'est-à-dire d’un embranchement. En fait, selon un spécialiste qui travaille sur ces réparations, c’est une pièce en acier de gros calibre qui a lâché à cause de la corrosion.

« Cette pièce avait déjà fait l’objet de réparation dans le passé mais n’avait pas été changée », regrette cette source quand une autre dénonce un « certain laxisme ». « Son remplacement était prévu en 2014 », répond-on à la Sénégalaise des eaux.

Résultat : depuis jeudi, les techniciens étaient à pied d’œuvre 24h sur 24h. Ils ont dû souder un pansement en acier sur la conduite. Lundi, la réparation était terminée mais à la mise en eau, les premières soudures ont lâché. Il a fallu les reprendre. Cette fois, la SDE promet la fin du calvaire pour les Dakarois demain au plus tard. Mais les réparations tiendront-elles ?

Cette nouvelle pénurie soulève en tout cas une autre question, celle de la dépendance de la capitale sénégalaise : une seule source d’approvisionnement en eau, plus les forages, et le spécialiste de conclure : «Une fuite en soi, c’est courant et plutôt bénin… mais ici, les conséquences sont tout de suite incalculables».