Republier
Centrafrique

Centrafrique: situation humanitaire inquiétante à Bossangoa

Des volontaires de la Croix-Rouge enterrent les dernières victimes des combats à Bossangoa, au nord-ouest de la Centrafrique, le 15 septembre 2013.
© AFP PHOTO/PACOME PABANDJI

Bossangoa a connu une journée d'accalmie, le mercredi 18 septembre, dans les affrontements qui ont lieu régulièrement dans cette ville du nord-ouest de la Centrafrique depuis le début du mois. Mais la situation humanitaire reste très inquiétante. Après les combats de mardi, quelques tirs sporadiques ont à nouveau été entendus dans la journée par les habitants au nord de la ville. De source humanitaire, on recense une vingtaine de blessés essentiellement des hommes en uniformes, soignés à l'hôpital local, et des dizaines de milliers de déplacés.

Les rues de Bossangoa n'en finissent plus de se vider. Les tirs se sont faits plus rares hier aux abords de la ville, mais le regain de violences de mardi a ravivé les pires craintes de la population. Echaudés par les représailles dont ils ont fait l'objet ces dernières semaines, les habitants, chrétiens comme musulmans, continuent d'affluer dans les rares lieux sûrs de la ville, sous protection de la Fomac. Des renforts de la force d'Afrique centrale sont arrivés hier matin.

Plus d’autorité civile dans la région

Les musulmans occupent l'école de la Liberté, les chrétiens, eux, l'église catholique. L'abbé Frédéric Tonfio, le vicaire général de Bossangoa a déjà recensé 34 000 déplacés. Certains sont malades, d'autres blessés. Tous dorment à même le sol. Ils manquent de tout.

« La situation humanitaire est dramatique », s’inquiète le vicaire. Il déplore également le manque d'assistance de la part des autorités du pays. Seule reste à Bossangoa, la Seleka, officiellement dissoute, accusée d'être à l'origine de nombreuses exactions. Il n'y a plus d'autorité civile dans la région.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.