Burundi: révélations sur un trafic de jeunes esclaves sexuelles - Afrique - RFI

 

  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Sessions d'information
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Grand reportage
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU Accents d'Europe
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Grand reportage
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Danse des mots
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Autour de la question
  20. 23:30 TU Journal
  21. 23:33 TU Autour de la question
  22. 18:00 TU Journal
  23. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Sessions d'information
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Grand reportage
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU Accents d'Europe
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Radio foot internationale
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Radio foot internationale
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal

Dernières infos

  • Afrique du Sud: verdict dans l'affaire Kayumba, sur les six accusés, quatre sont reconnus coupables de tentative de meurtre
fermer

Afrique

Burundi Questions sociales Droits des femmes Femmes

Burundi: révélations sur un trafic de jeunes esclaves sexuelles

media Dans la capitale Bujumbura, des maisons closes sont installées dans tous les quartiers.. AFP/Esdras Ndikumana

Il y a quatre jours, la présidente d’une fondation d’origine canadienne, Justice et équité, a causé un choc au Burundi en dénonçant un trafic humain sexuel qui touche essentiellement des jeunes filles mineures, sur tout le territoire de ce pays d’Afrique centrale, et sur une échelle que personne ne soupçonnait.

Après six mois passés à enquêter sur le terrain, ce que Florence Boivin Roumestan a vu dépasse, et de loin, n’importe quelle fiction. Elle parle d’un trafic humain sexuel d’une ampleur inégalée au Burundi.

Des jeunes filles de 10 à 16 ans sont recrutées dans les villages les plus pauvres et les plus reculés de ce pays, acheminées dans les villes, où elles sont alors placées dans des maisons closes qu’on trouve dans toutes les agglomérations et à Bujumbura, dans tous les quartiers. «On commence à en percevoir l’ampleur ! Il y a des maisons closes partout !», s’exclame Florence Boivin Roumestan, de l'ONG Justice et équité.

Affamées et battues

L’autre cible privilégiée de ces réseaux mafieux : de jeunes lycéennes, qui sont appâtées par des rabatteurs, souvent des camarades de classe, selon la présidente de la Fondation canadienne Justice et équité, qui explique pourquoi toutes ces filles n’osent pas parler : « Parce qu’il faut les rendre dociles, il faut les dompter. Donc, on les bat, on les affame, de façon à ce qu’elles soient complètement obéissantes à la trafiquante.»

Un réseau connu de la police

Ces révélations on fait l’effet d’un électrochoc sur la société burundaise, qui ne savait pas, ou qui fermait les yeux. Mais, lundi 23 septembre, c’est la propre commandante de la police burundaise des mineurs qui est venue confirmer toutes ces accusations.

« Ce que la dame a dit, elle n’a pas menti. Mais ce n’est pas vraiment nouveau. C’est un phénomène qui est là depuis quelques années », a précisé la colonelle Christine Sabiyumba. Elle a également expliqué comment tout cela est « bien organisé », notamment avec des groupes de jeunes lycéennes que l’on trouve dans tous les quartiers de la capitale burundaise.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.