Mauritanie: le climat de méfiance avec le Mali persiste

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.
© REUTERS/Philippe Wojazer

Alors que de nombreux présidents ou Premier ministres des pays de la sous-région étaient présents à l'investiture d'IBK, le 19 septembre 2013, la Mauritanie était représentée par son ambassadeur à Bamako. Du temps d’Amadou Toumani Touré, les relations entre la Mauritanie et le Mali étaient déjà crispées. Attaqué plusieurs fois sur son territoire par des terroristes basés au nord du Mali, Nouakchott critiquait régulièrement le pouvoir malien, accusé de laxisme face à ces groupes. L'absence du président Mohamed Ould Abdel Aziz à l'investiture semble témoigner de la persistance des difficultés entre les deux pays.

Suite à l'offensive des groupes armés début 2012, le climat de méfiance entre Nouakchott et Bamako qui existait sous ATT n'a pas changé. Et ce, malgré l'arrivée du gouvernement intérimaire.

La Mauritanie, qui a de liens historiques et tribaux avec certaines communautés arabes et touaregs du Nord-Mali, estimait, sans remettre en cause l'intégrité territoriale malienne, que certaines revendications des populations du Nord étaient légitimes. Et donc que Bamako devait négocier une solution politique avec les rebelles. Côté malien, l'activisme des dirigeants du MNLA, du MAA et du HCUA depuis la capitale mauritanienne a toujours fait grincer des dents.

Désaccords sur la mission de l’ONU

Nouvelles divergences, au moment du déploiement de la mission de l’ONU, la Minusma. Nouakchott était prête à envoyer des troupes, mais uniquement dans la région de Tombouctou, avec pour argument sa connaissance de la zone, des facilités d'accès pour le ravitaillement et la possibilité d'assurer en même temps le contrôle de ses frontières. Ce que Bamako a jusque là refusé, les autorités maliennes estimant que le choix du déploiement relève de sa souveraineté.

L'arrivée au pouvoir d'Ibrahim Boubacar Keïta ne semble pas avoir, pour le moment, permis d'apaiser les tensions. Les deux chefs d'Etat ont déjà laissé passer deux occasions de se rencontrer : le président IBK, en n'incluant pas la Mauritanie au programme de sa première tournée régionale et Mohamed Ould Abdel Aziz en n'assistant pas à l'investiture de son voisin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.