RDC: levée des barrages policiers dans le quartier d'Etienne Tshisekedi


©

En République démocratique du Congo (RDC), le gouvernement a annoncé qu'il levait le dispositif de sécurité déployé dans le quartier de Kinshasa où réside l'opposant Etienne Tshisekedi. Un cordon policier installé peu après la présidentielle de 2011 lorsque le leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) revendiquait la victoire et mobilisait ses partisans.

C'est l'opposition qui en a fait la demande lors des concertations nationales, qui se poursuivent en ce moment. C'est par conséquent aux concertations nationales que le ministre de l'Interieur a annoncé que le dispositif allait être levé.

Un cordon policier qui avait été déployé en janvier 2012, au moment où Etienne Tshisekedi, qui s'etait proclamé président élu de la RDC, s'apprêtait à marcher sur la présidence entouré des ses partisans. 

Sécurité du voisinage ou résidence surveillée

« Ce dispositif a été placé là-bas pour sécuriser les gens du voisinage de Monsieur Tshisekedi, qui subissait souvent des incommodités de la part de ses partisans, explique le ministre porte-parole du gouvernement, Lambert Mendé. Etant donné que maintenant, le voisinage de Monsieur Tshisekedi dit avoir trouvé une sorte de convivialité dans ses relations avec les partisans, le ministre de l'Intérieur a décidé de lever ce dispositif. »

Le gouvernement assure que l'opposant a toujours été libre de ses mouvements. Mais depuis un an et demi, l'UDPS parle de résidence surveillée. Pour l'instant, le mouvement d'Etienne Tschisekedi attend de constater la réalité de la levée de ce dispositif.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.