L’Histoire continue avec la 30e édition des Francophonies


©

Des artistes, des auteurs, des émotions. La 30e édition des Francophonies en Limousin défend à nouveau les couleurs de la création francophone. Au programme du 26 septembre au 5 octobre : des spectacles de théâtre, de danse et de musique. Et des rencontres avec des auteurs qui sont en train d’écrire l’histoire de l’art dramatique. Les Francophonies, ce sont trente ans d’histoire et une ambition restée intacte.

Un mandala ? Un millefeuille coloré ? L’affiche officielle de ce rendez-vous annuel au service de la création francophone intrigue. Et elle reflète bien l’esprit de cette 30e édition des Francophonies : « C’est une coupe d’arbre donc on voit tous les anneaux de croissance de l’arbre. L’idée est de montrer le temps qui passe », explique Marie-Agnès Sevestre, directrice du Festival des Francophonies en Limousin.

C’est un grand événement dansé et festif dans les rues de Limoges qui a lancé ce jeudi soir les dix jours de festival. L’Ouverture du champ, une chorégraphie de Heddy Maalem, né en Algérie, d’un père algérien et d’une mère française. Un fils de deux terres qui ouvre l’horizon de cette édition 2013.

Cinq collectifs de trois continents

Avec 250 artistes de 20 pays le festival continue à creuser son sillon : soutenir et rendre visible de nouvelles idées. Cette année, c’est le « brassage de jeunes écritures » et le travail en collectif qui frappent dans le programme. Le 28 septembre, la Soirée des manifestes réunira cinq collectifs de trois continents, des regroupements d’auteurs de Suisse, du Québec, de RDC, du Burkina Faso et des Comores. « C’est vraiment quelque chose qui se passe actuellement et qui est très intéressant à suivre, confirme Marie-Agnès Sevestre. Beaucoup d’artistes, et en particulier les auteurs, se mettent à chercher ensemble des moyens de s’exprimer. Et en même temps de produire sans passer par les lourdeurs institutionnelles et parfois éternelles. En Afrique, ils sont beaucoup à travailler de cette manière. Et maintenant, en Europe et en Amérique du Nord, peut-être à cause de la crise, les mêmes phénomènes sont perceptibles. »

« Le Festival des fraternités nouvelles »

Depuis 30 ans, Limoges, que Sony Labou Tansi nommait « le Festival des fraternités nouvelles », suscite l’admiration. « La capitale du français », « carrefour international », « le Festival des cinq continents », tels sont quelques uns des qualificatifs qu'on lui a attribué.

Monique Blin avait démarré et développé le festival en tant que directrice artistique entre 1984 et 2000. « Le rêve des fondateurs Jean-Marie Serreau et Pierre Debauche consistait à faire rencontrer les artistes de langue française, non à Paris, mais dans une région, le Limousin. » Monique Blin avait convaincu en 1991 un tout jeune homme de 23 ans, rencontré à Québec, de venir en résidence à Limoges avec un seul mot d’ordre : « Ecris ! »

Aujourd’hui, Wajdi Mouawad figure parmi les grands du théâtre mondial et, resté fidèle à Limoges, y présente sa nouvelle création Seuls . C’est encore elle qui a fait découvrir en France Sony Labou Tansi : « Il a fait sa réputation comme homme de théâtre à travers Limoges. Et Sony disait toujours : "c’est le festival des fraternités nouvelles". C’était un homme extraordinaire qui écrivait d’une façon prémonitoire sur tout ce qui se passe aujourd’hui. »

Un compliment à partager avec le Festival. Quand Wole Soyinka a été distingué prix Nobel de littérature il arrivait à Limoges pour y présenter un spectacle avec des Martiniquais ! « C’était la première fois qu’un auteur d’Afrique recevait le prix Nobel. On avait aussi Gao Xingjian qui a été prix Nobel également. Je pourrais vous faire une longue liste d’auteurs. »

"Et si je les tuais tous Madame ?" Texte et mise en scène d'Aristide Tarnagda. Le 3 et 4 octobre aux Francophonies à Limoges. © photo nc

Le concept de « la langue invitée »

Le comédien et metteur en scène Patrick Le Mauff avait dirigé entre 2000 et 2006 les Francophonies. Il avait envie de « refonder » le Festival : « A un certain moment, il est nécessaire de revisiter l’ensemble du contexte. » Il avait entrepris des mesures pour attirer plus de public et il avait surtout introduit le concept de « la langue invitée ». « Il s’agissait d’une chose toute bête. Je me suis retrouvé une fois à Tunis et j’ai vu un spectacle formidable en dialecte tunisien. Et je me suis réellement rendu compte que la plupart des pays dit « francophones » sont en situation de bilinguisme ou de trilinguisme. Et qu’il était un peu sot de ne pas en tenir compte. La France se situe toujours dans une situation un peu particulière, comme si elle dirigeait la Francophonie, mais elle n’en  faisait pas partie. Alors, il m’est arrivé d’inviter un spectacle en flamand, d’inviter des Béninois qui parlaient une de leurs langues locales. Le grand metteur en scène tunisien Fadhel Jaïbi m’avait proposé de jouer en français, mais - puisqu’il s’agissait de choses qui avaient attrait à la psychanalyse – le spectacle nécessitait à être joué dans la langue maternelle. Donc je pensais qu’il fallait mettre ces deux langues en frottement. »

L'anglais pour promouvoir la francophonie?

Reste la question de l’emploi de la langue anglaise pour défendre et promouvoir la francophonie. Quel est le point de vue du théâtre francophone sur les débats virulents qui ont traversé en 2013 les universités et cercles intellectuels ? « Proust disait : ‘pour défendre une langue, il faut l’attaquer’. Dans l’histoire d’art dramatique on voit que parmi les gens qui ont modifié la langue théâtrale française, beaucoup sont venus d’une autre langue, comme Eugène Ionesco et Samuel Becket, déclare Patrick Le Mauff. La Francophonie est un concept politique et il est toujours difficile de le marier aux choses esthétiques. Israël fait partie de la Francophonie. Il y a beaucoup de gens francophones en Israël, mais, à mon avis, ce n’est pas LE pays francophone. Je pense qu’il faut maintenir une sorte de carte géographique et esthétique, mais essayer d’être sans cesse en débat avec d’autres langues. »

Pour Marie-Agnès Sevestre, avant l’anglais c’est d’abord la question du français qui se pose : « J’ai l’impression qu’il y a une sous-estimation de l’attirance et de l’intérêt que représente la culture française, que ce soit sa langue ou l’histoire du pays ou sa mode de vie. Le politique sous-estime actuellement gravement cette attraction que porte encore notre culture à l’étranger. Et cette sous-estimation conduit à prendre des décisions que je trouve un peu étonnantes comme la fermeture de certains centres culturels à l’étranger ou la réduction terrible des moyens liés à l’enseignement du français ou au développement, des coopérations entre artistes français et francophones. Malgré tout, dans un rapport multipolaire au monde, je trouve que la France est un point d’ancrage qui semble encore attirer beaucoup de gens. Et je suis étonnée que nos dirigeants n’en soient pas plus conscients et n’en tirent pas plus de fierté. »

L'expansion artistique en Afrique

Les Francophonies restent jusqu’à aujourd’hui un découvreur d’idées et de talents, un initiateur de rencontres et de dialogues francophones. Le Canadien Robert Lepage et le Congolais Dieudonné Niangouna, premier artiste associé africain du Festival d’Avignon, se sont construits ici et seront encore présents cette année pour rencontrer le(ur) public. La dominance d’auteurs africains s’explique de deux façons : démographiquement et artistiquement. Selon les scénarios, 85 pour cent des 700 millions de locuteurs du français en 2050 se trouveront en Afrique. Et lors du dernier Festival d’Avignon, on a pu réaliser que les artistes africains soutenus par les Francophonies sont devenus un point de repère pour la création artistique de nos jours. « L’Afrique est en ce moment dans une grande phase d’expansion artistique, explique Marie-Agnès Sevestre, sa programmation très africaine. Ça ne tient pas forcément à mon regard, mais au fait que mon regard se tourne là où il se passe des choses. Du coup, on a l’impression que je favorise, ou en tout cas que je suis très concentrée sur cette région du monde. Mais j’ai envie de dire : c’est là que ça se passe en ce moment. »

En 1984, c’était un pari risqué d’implanter un Festival international de la francophonie dans une ville provinciale enclavée, sans autoroute, ni TGV. Mais la greffe a pris. Et comme Limoges lutte pour défendre sa célèbre porcelaine contre la concurrence du plastique et de la porcelaine de Chine, le festival des Francophonies continue à se battre pour ses idées et ses auteurs et contre les coupures de subventions. « Avec 1,3 million d’euros, le budget est stable dans son côté bas (rire). Quand nous avons perdu le financement du ministère des Affaires étrangères, il n’y a pas eu de compensations par aucun autre partenaire. Donc nous continuons à avoir des difficultés importantes, mais nous avons quand même gardé la capacité à avancer » répond une Marie-Agnès Sevestre, combative et heureuse d’entamer cette 30e édition des Francophonies.

Crédit affiche : Cédric Gatillon.

____________________________________
30e Festival des Francophonies en Limousin, du 26 septembre au 5 octobre 2013.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.