RCA: les autorités tentent de museler la Seleka

Des jeunes membres de la Seleka, le 25 mars 2013 à Bangui.
© REUTERS/Alain Amontchi

En Centrafrique, les autorités de transition renouvellent leur mise en garde en direction des « généraux » de la Seleka qui refuseraient de réduire le nombre de combattants dans leurs rangs. Une semaine après une première réunion de travail avec ces généraux, le pouvoir en place à Bangui les a convoqués pour leur dire que, s’ils ne désarmaient pas eux-mêmes, ils seraient désarmés par la force. La menace est lancée alors que la Fomac, la Force multinationale de l'Afrique centrale vient de bénéficier du renfort d’éléments tchadiens qui seront affectés à cette mission de désarmement.

Avec notre envoyé spécial à Bangui, Laurent Correau

Les « généraux » de la Seleka sont-ils prêts à se plier aux instructions du pouvoir politique ? Lors de la réunion d’hier, samedi 28 septembre, ils étaient en tout cas très peu à être venus rencontrer le ministre de la Sécurité, le chef d’état-major et le commandant de la Fomac, la force d’Afrique centrale. Le bilan qui a été fait du respect de leurs engagements, une semaine après la première rencontre, n’a pas non plus été très reluisant.

  → A (RE)LIRE : Centrafrique: quel sort pour les ex-rebelles de la Seleka?

« Il est demandé à tous les généraux qui ont des hommes et qui ont des armes, d’aller dans les casernes - il y a en a six autorisées dans la capitale - et de ranger leurs armes là-bas, a expliqué Josué Binoua, ministre de la Sécurité, à la sortie de l’entrevue. Ils ne l’ont pas encore fait malheureusement ».

Autre point soulevé par le ministre : des hommes en armes continuent en toute illégalité à procéder à des perquisitions, des fouilles et des arrestations. Les autorités de transition et la Fomac haussent donc le ton, et menacent de recourir à la coercition pour imposer les nouvelles règles.

« La semaine dernière, on a laissé la possibilité aux gens de pouvoir appliquer de manière consensuelle la décision qui avait été prise, indique Jean-Felix Akaga, le commandant de la Fomac. Nous avons observé pendant une semaine que rien ne bougeait. Maintenant, on va faire appliquer cette décision par la force. [...] Nous avons répertorié des sites où il y a des généraux de la Seleka qui ont des dizaines de combattants avec eux. Nous allons nous y rendre. »

→ A (RE)LIRE : RCA: la société civile veut faire entendre sa voix à New York


 ■ ZOOM : A Bangui, le quartier martyr de Boy-Rabe tente de revivre

RFI est revenue à Boy-Rabe, l’un des quartiers de Bangui pris pour cible par les éléments de la Seleka ces derniers mois. Un quartier qui a connu plusieurs vagues de pillages et qui tente, coûte que coûte, de revivre à la faveur des mesures de sécurisation mises en œuvre, et ce même si ses habitants ne parviennent pas à oublier les violences passées.

© AFP/Pacome Pabandji

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.