«180 Degrés», de Driss Ksikès


©

« A, photographe professionnel, reçoit la commande d’un reportage photographique sur Z, jeune femme portant la burqa…». 180 Degrés, la dernière pièce de théâtre de l’auteur marocain Driss Ksikès s’intéresse aussi bien à l’Islam qu’aux problèmes de communication entre les êtres dans les sociétés arabes. Ecouter en exclusivité RFI et en stéréo cette lecture présentée dans le cadre de « L’Imparfait du présent » au 30e Festival des Francophonies en Limousin.

L’histoire :
A, photographe professionnel, reçoit la commande d’un reportage photographique sur Z, jeune femme portant la burqa. Leur relation faite d’attirance et de retrait, d’approches et de reculs, se transforme en une chorégraphie subtile du désir, autour de la visibilité du corps et de l’invisibilité des identités. D’autres personnages (un frère chômeur et dealer et sa sœur cadre active et moderne, un couple fatigué, deux ouvrières l’une femme d’imam et l’autre ex-prostituée) commentent le chassé-croisé entre A et Z, prennent des paris, faisant apparaître des pans de leur propre vie intime.

Driss Ksikès

Driss Ksikès, l'auteur de "180 Degrés" © Christophe Péan

né à Casablanca en 1968, Driss Ksikes est écrivain, essayiste et dramaturge. Il est directeur du Cesem, centre de recherches HEM, et professeur en media et culture. Il également est animateur d’ateliers d’écriture, littéraire et dramaturgique, et collaborateur à plusieurs revues et publications culturelles internationales. Il est dramaturge associé à Dabateatr. Ses principales publications théâtrales sont : Pas de mémoire, mémoire de pas (La croisée des chemins, Casablanca, 1998), Le saint des incertains (Marsam, 2000), IL (Marsam, 2011), 180 degrès (écrit en 2010), Le match (écrit en 2011) et N’enterrez pas trop vite Big Brother (Riveneuve, Paris, 2013). Cette dernière pièce a été écrite dans le cadre du projet « Dramaturgie arabe contemporaine », initié par la Friche de la Belle de mai, et pour laquelle il a bénéficié d’une bourse et résidence à La Chartreuse de Villeneuve-Lez-Avignon. Il a été sélectionné en 2012 parmi les 6 meilleurs dramaturges africains par Le National Studio Theatre de Londres.

 

Ecouter aussi les autres lectures :
«Le Cadavre dans l’œil», d’Hakim Bah
«Occident express», de Matéi Visniec
Guillaume Lagarde: «Les Champs pétrolifères»

 

Quatre textes, jamais rédigés en France, parfois même inédits dans le pays de leurs auteurs, qui peuvent être très débutants ou très confirmés. Un « baromètre » de l’écriture théâtrale de langue française, dans sa diversité linguistique et dans la multiplicité de ses formes. Pour la 30e édition des Francophonies, L’Imparfait du Présent a invité les étudiants de l’Ecole du Théâtre National de Bretagne, dirigée par Eric Lacascade. La direction des lectures a été confiée à Marcel Bozonnet. Les élèves de l’Ecole du Théâtre National de Bretagne / 8e promotion-2e année : Pénélope Avril, Leslie Bernard, Laure Catherin, Julien Derivaz, Matthias Jacquin, Chloé Lavaud, Chloé Maniscalco, Hector Manuel, Joaquim Pavy, Lou Rousselet, Georges Slowick, Ophélie Trichard, Gaëtan Vettier, Alexandre Virapin-Apou, Adèle Zouane.

Crédit affiche : Cédric Gatillon.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.