Mali: l’envoyé spécial de Ban Ki-moon confiant sur la reprise du dialogue avec les groupes du Nord

Bert Koenders (d.) à l'aéroport de Bamako, le 4 juin 2013.
© Reuters/Francois Rihouay

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Mali était hier, vendredi 4 octobre, chez le médiateur Blaise Compaoré. Bert Koenders est allé s’assurer du retour des groupes armés du Nord à la table des négociations. Le 26 septembre dernier, les groupes armés touaregs et arabes avaient suspendu leur participation au comité de suivi de l’accord de Ouagadougou et demandé une évaluation de la mise en œuvre dudit accord.

Pendant un entretien d'une heure, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a fait le point de la situation sécuritaire et politique au Mali. Bert Koenders estime que la sécurité s’est beaucoup améliorée, et qu’avec le retour à l’ordre constitutionnel au Mali, il y a des signes forts pour une reprise des pourparlers entre le gouvernement et les groupes armés du Nord : « C’est important que tous les partis parlent ensemble dans le contexte du Conseil de sécurité, de la résolution et de l’accord de Ouagadougou, c’est important que maintenant il y ait les discussions.

« Il y a des mesures de confiance qui ont été prises par le gouvernement malien et aussi la libération des prisonniers du côté du MNLA [Mouvement national de libération de l'Azawad, ndlr]. Il est maintenant important d’être à la table des négociations pour un bon futur du Mali », a poursuivi M. Koenders.

« Echanges fructueux »

Après son entretien avec le médiateur de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Bert Koenders a eu une longue séance de travail avec les représentants des groupes armés signataires de l’accord préliminaire de Ouagadougou.

Les groupes touaregs sont-ils prêts à retourner à la table des négociations ? « Nous avons eu des échanges fructueux », répond le diplomate onusien. Un cadre du Mouvement national de libération de l'Azawad ajoute que « les choses sont en bonne voie ».

 → A (RE)LIRE : Pierre Buyoya sur RFI : au Mali, «je crois que le putsch est derrière nous»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.