RCA: les Mbororo, stigmatisés, se disent eux aussi victimes


©

La situation à Bangassou, suite aux événements de Bossangoa, montre bien combien la crise actuelle déstabilise des relations entre communautés qui étaient jusqu’ici relativement paisibles. Les populations peules mbororo, qui assurent la garde des bœufs en Centrafrique, sont ainsi régulièrement montrées du doigt par les ruraux. Les paysans accusent les Mbororo d’être complices de l’ex-rébellion Seleka, simplement parce que ces Peuls sont musulmans. L’Association pour l’intégration et le développement des Peuls de Centrafrique appelle les populations à la raison. Les Mbororo sont autant victimes de la crise que les autres, comme l’explique Ousmane Aliou, l’un des responsables de l’association.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.