Comment RFI et Libération ont découvert le document stratégique d'Aqmi


©

Le document, broché, gisait dans un amoncellement de feuilles poussiéreuses, interprétations de sourates, carnets, cahiers de coloriage pour enfants, sur le sol des locaux dévastés de l’Office de la Radio Télévision du Mali à Tombouctou. Durant l’occupation, les jihadistes y avaient établi une cellule en charge de la communication. Avant de s’enfuir, ils ont détruit tout le matériel technique de la station. Dans leur précipitation, ils ont laissé de précieux documents derrière eux. Récit.

Après leur départ, un mur de fortune, fait de pierres et de panneaux de bois, avait été érigé pour dissuader les badauds. Les envoyés spéciaux de RFI et Libération, munis de sacs plastique, ont pénétré dans la station et en sont repartis les bras chargés de documents. Lors du tri, la mention « al-Qaïda au Maghreb islamique » et le titre du document sur la page de garde, ont immédiatement attiré l’attention du traducteur. L’agence Associated Press, dix jours plus tôt, avait découvert trois des six chapitres de la feuille de route d’Aqmi pour le Mali. Celui découvert par RFI et Libération comprend les six dans leur intégralité. Ils étaient reliés avec d’autres documents internes, rédigés ceux-ci par le conseil de jurisprudence d’Aqmi. Ces derniers (une soixantaine de pages) correspondent à des fatwas émises par la Choura d’Aqmi, en réponse à des questions sur le sort à réserver aux déserteurs, et sur l’excommunication. 

Authentification

Il est hasardeux d'affirmer avec certitude et de façon catégorique qu'un document de ce type est authentique. Cependant, l’authentification du document d’Aqmi dont nous diffusons l'intégralité a été réalisée selon trois critères : le recoupement, le lieu, et la cote.

Le recoupement

Associated Press avait mis la main sur une partie du document dans un autre bâtiment de Tombouctou. Cela nous renseigne tout d’abord sur l’existence de plusieurs copies, et donc sur l’existence éventuelle d’un original.

Le lieu

Le fait que ces deux copies aient été retrouvées à Tombouctou fait sens, car la ville a abrité durant des mois les chefs d’Aqmi, y compris feu Abou Zeïd, leur patron dans la ville. Il était logique que ses hommes aient plusieurs copies du livre de bord pour le Mali rédigé par Abdelmalek Droukdel, l’émir d’Aqmi.

La cote

La cote permet de valider la nature authentique du texte, car elle correspond à la manière retenue par le « comité des sages » d’Aqmi pour archiver ses documents internes. On découvre en effet, en haut à gauche de la page de garde, la cote 234/33. 234, c’est le deux cent trente quatrième document rédigé par le comité des chefs d’Aqmi depuis la création de l’organisation en 2007. 33, car c’est le nombre de documents rédigés par ce comité au cours de l’année en question. Il est par conséquent très difficile de rédiger un faux. L’islamologue Mathieu Guidère a pu authentifier le texte, car il avait dans sa base de données dix-huit documents rédigés par le comité des chefs d'Aqmi au cours de l’année 2012. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.