«Crabe rouge», de Julien Mabiala Bissila


©

Le 30e Festival des Francophonies en Limousin s’est terminé ce weekend avec Crabe rouge de Julien Mabiala Bissila. La pièce congolaise revient sur l'affaire des « disparus du Beach » à Brazzaville.

 

Julien Mabiala Bissila nous transporte dans l'ambiance chaude du bar Crabe rouge à Brazzaville où a été retransmis le procès du Beach. Petite remontée dans l'histoire : en 1999, à l'issue de la guerre civile au Congo, le gouvernement permet aux civils qui s'étaient réfugiés pendant la guerre à Kinshasa de revenir. Des milliers de personnes traversent le fleuve Congo et accostent au Beach, le port fluvial de Brazzaville. Ensuite beaucoup sont portés disparus. On soupçonne un massacre. Un procès est alors intenté par les familles contre des responsables militaires.

« Pour une fois, on avait un procès qui devrait juger des généraux qui devraient répondre à des accusations sur les massacres, raconte Julien Mabiala Bissila. C’était une grande première. Donc les gens étaient pleins d’enthousiasme. Moi, j’étais dans ce bar en train de suivre ce procès et, tout d’un coup, c’est la foule qui m’a inspiré. »

Une foule qui inspire à l'auteur des personnages hauts en couleur: un enfant soldat, une danseuse enceinte, un colonel à la retraite. Ils parlent une langue qui mêle les envolées lyriques aux expressions de la rue. Des êtres cassés par la guerre et qui nous touchent dans leur marginalité.
 

Crédit affiche : Cédric Gatillon.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.