Sénégal: Karim Wade répond à sa deuxième mise en demeure

Karim Wade fait désormais face à deux accusations.
© REUTERS/Youssef Boudlal

C’est jeudi prochain que la commission d’enquête de la cour de répression de l’enrichissement illicite doit rendre ses conclusions après 6 mois de travail. Le fils et ancien ministre de l’ex-président Abdoulaye Wade est soupçonné d’être à la tête d’un empire financier de 694 milliards de francs CFA, 1 milliard d’euros. Mais le 13 septembre dernier, le procureur spécial a introduit une deuxième accusation, qui porte celle-là sur 98 milliards de francs CFA, près de 150 millions d’euros. Les avocats de Karim Wade étaient ce lundi matin dans les locaux de la CREI pour déposer le dossier de réponse à cette seconde mise en demeure.

98 milliards de francs CFA, près de 150 millions d’euros. Cette somme correspond selon un avocat, à l’addition de tous les versements effectués depuis 10 ans sur 24 comptes bancaires trouvés à Monaco. Sur ces 24 comptes, un seul appartient à Karim Wade.

La plupart sont au nom de plusieurs membres d’une riche famille libanaise, la famille Bourgi, dont Bibo Bourgi est l’un des coaccusés de Karim Wade. Cet homme d’affaires est soupçonné par la CREI de n’être qu’un prête-nom de l’ancien ministre. Et selon une source proche de l’enquête, des éléments solides l’attestent.

« Manœuvre grossière et ridicule »

Pour les avocats de Karim Wade au contraire, cette seconde mise en demeure n’est qu’une « manœuvre grossière et ridicule » pour maintenir leur client en détention provisoire parce que selon eux, l’accusation n’a aucune preuve pour étayer la première accusation dont le délai expire jeudi prochain.

« Ce qui est le plus scandaleux, expliquent-ils, c’est que cette deuxième mise en demeure n’a aucun fondement juridique puisqu’il n’y a aucun élément nouveau, la première accusation couvrant la deuxième ».

Ils dénoncent également le procédé qui consiste à additionner tous les versements sans tenir compte des retraits et le tout sans la moindre audition lors d’une enquête préliminaire. « Rien de tout cela n’est sérieux », protestent-ils. Ils s’attendent à présent à une nouvelle inculpation et un nouveau mandat de dépôt qui maintiendra Karim Wade derrière les barreaux pour 6 mois encore.

Ce mardi et pour la première fois, Karim Wade doit être entendu par la Commission d’instruction de la CREI concernant cette fois le fond de la première accusation, celle qui porte sur 694 milliards de francs CFA.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.