Crise entre l’Angola et le Congo-Brazzaville : dénouement heureux


©

Un accord a été trouvé ce vendredi 18 octobre entre les autorités congolaises et angolaises à propos de la quarantaine de militaires enlevés, dimanche 13 octobre, par des soldats angolais. Au terme de plusieurs jours de négociations, Luanda a accepté de renvoyer ces militaires congolais chez eux, selon les autorités congolaises. Par ailleurs, les blindés angolais qui, dans la foulée, avaient pris position dans cinq villages congolais, sont repartis de leur côté en territoire angolais.

C'est un dénouement heureux dans cette affaire qui s'apparentait à une crise militaro-diplomatique entre l’Angola et le Congo-Brazzaville. Ce vendredi soir, les soldats congolais, retenus en Angola, sont de retour chez eux.

La mission confiée au général Ebadep Milla, directeur central des renseignements militaires des Forces armées congolaises, a donc porté ses fruits. Non seulement il ramène au pays les soldats enlevés mais il signe un accord avec la partie angolaise pour le repli de ses forces des localités congolaises.

Mais cette affaire qualifiée « d'incident malheureux » par le ministre congolais de l’Intérieur n'est pas pour autant terminée. Raymond Mboulou, qui n'a pas voulu dramatiser outre mesure cette affaire, affirme que les bornes existent bel et bien et que celles-ci délimitent clairement la frontière entre son pays et l'Angola.

Le ministre angolais des Affaires étrangères, lui, a une toute autre version des faits. Ce serait des militaires congolais qui se seraient perdus en territoire angolais. En clair, pour Georges Chikoti, les positions qu'occupaient les soldats angolais dans les cinq localités congolaises se trouvent sur le territoire angolais.

Une délimitation claire des frontières - source de conflit dans nombre de pays africains - s'impose donc aux deux pays. Mais en tout état de cause, ce soir l'incident est clos. Aucun coup de feu n'a été tiré et la voie diplomatique a été privilégiée.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.