La question d’Abyei au cœur du déplacement d’Omar el-Béchir au Soudan du Sud


©

Le président soudanais Omar el-Béchir est attendu, ce mardi 22 octobre 2013, au Soudan du Sud pour une visite officielle. C'est la troisième fois depuis l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, que le chef de l’Etat soudanais se rend à Juba. Au menu des discussions : l'épineuse question de la région d'Abyei que se disputent les deux pays. La communauté Ngok-Dinka a annoncé son intention d'organiser un referendum unilatéral sur le rattachement d'Abyei au Soudan du Sud.

La pomme de discorde d'Abyei risque de se transformer en grenade dégoupillée, si rien ne bouge. Et c'est pour éviter l'explosion qu'Omar el-Béchir et Salva Kiir se retrouvent à Juba ce mardi. Depuis des années et malgré l'implication de l'Union africaine et des Nations unies, les deux pays n'arrivent pas à s'entendre sur les modalités d'organisation du referendum censé décider de l'avenir de la province. 

► (RE)LIRE : Regain de tension dans la province d'Abyei, entre les deux Soudans

Khartoum tient à ce que les tribus arabes Misseryias puissent voter, tandis que Juba soutien les Ngok-Dinka qui redoutent de voir Khartoum changer la majorité sociologique de la région en déplaçant les tribus Misseryias. Les multiples heurts et affrontements entre les deux communautés ont rendu complexe tout règlement de cette question.

L’UA à Abyei

L'Union africaine avait proposé que le vote se tienne avant la fin octobre, mais les deux communautés n'ont pu s'entendre sur cette question. Vendredi dernier, la communauté Ngok-Dinka a annoncé son intention d'organiser unilatéralement le referendum. Pour Khartoum c'est une ligne rouge à ne pas franchir, et les Nations unies redoutent désormais un regain de violence dans la zone.

Une délégation du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine doit se rendre à Abyei ce mardi pour y rencontrer notamment les leaders de la communauté Ngok-Dinka. Le but étant d'empêcher que sur l'échiquier local, l'un des deux joueurs ne fasse le mouvement de trop.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.