RDC: l'armée a repris Kibumba et Kiwanja aux rebelles du M23

Une colonne de militaires des forces congolaises progresse à proximité de Kibumba, au nord de Goma, samedi 26 octobre.
© REUTERS/Kenny Katombe

Pour la troisième journée consécutive, les combats se sont poursuivis dans l'est de la RDC entre les rebelles du M23 et l'armée congolaise. Un nouveau front s'est ouvert à 70 kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, où l'armée a repris Kiwanja ce dimanche 27 octobre. Le M23 semble reculer car, samedi déjà, les FARDC annonçaient avoir pris le contrôle de la localité de Kibumba.

La localité de Kibumba, à 20 kilomètres au nord de Goma, a été prise par l’armée congolaise, samedi 26 octobre. La rébellion du M23 a donc été obligée de reculer de plusieurs kilomètres plus au nord dans la zone qu’elle contrôle toujours.

→ A (RE) LIRE : RDC: pas d’accalmie dans les combats entre l’armée et le M23

Kibumba, une ville très commerçante, tout près de la frontière rwandaise et donc stratégique, a été conquise au prix d’intenses combats des deux côtés toute la journée, avec des tirs de mortiers et l’intervention de chars.

Par ailleurs, bien plus au nord, à 70 kilomètres environ de Goma, des échanges de tirs ont eu lieu samedi autour de la localité de Kiwanja, une large zone sous le contrôle du M23. Ce dimanche, la ville était finalement sous le contrôle des FARDC et des casques bleus.

Selon un expert militaire, cette nouvelle offensive pourrait servir à diviser les forces du M23, l’attaquer par le nord et le sud pour tenter d’affaiblir la rébellion et, à terme, l’obliger à désarmer par la force et la faire reculer.

Ce samedi soir, avec la tombée de la nuit les combats se sont un peu calmés mais tous les observateurs s’attendent à de nouveaux assauts et d’intenses combats ce dimanche.

Fosses communes découvertes

Par ailleurs, le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a confirmé ce dimanche l'existence de deux fosses communes à Kibumba.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku © REUTERS/Kenny Katombe

« Je réclame une enquête internationale pour aller établir les responsabilités et le contenu avec des spécialistes », a déclaré le responsable à l'AFP. Le nombre de corps découverts n’est pas connu pour l’heure.

La veille, un capitaine de l’armée avait affirmé à l’agence de presse que trois fosses communes avaient été découvertes.


 ■ REACTION : La Monusco s'inquiète du retour des populations à Kibumba

Dans le Nord-Kivu, plusieurs centaines de personnes se dirigent vers les zones d'affrontements, croyant que le calme est revenu. L'inquiétude est forte chez Ray Torres, le chef de la Monusco.

Comme les troupes du gouvernement de la République démocratique du Congo ont fait des avancées très notoires et rapides, il y a peut-être l'impression que la situation est sous contrôle, que les combats ont cessé, d'où le danger.
Ray Torres
27-10-2013 - Par Anna Sylvestre