Afrique du Sud: lourdes peines de prison pour des extrémistes blancs

Des membres du groupe d’extrémistes blancs, les Boeremag, lors de leur procès à Pretoria, Afrique du Sud, le 29 octobre 2013.
© REUTERS/Stringer

En Afrique du Sud, 21 personnes ont été condamnées à des peines allant jusqu'à 35 ans de prison pour trahison et homicide volontaire, ce mardi 29 octobre 2013. Ces hommes étaient membres d’un groupe d’extrémistes blancs, les Boeremag, qui avait pour projet de renverser le gouvernement noir de l’ANC. Leur procès a duré près de dix ans.

L’affaire a commencé en octobre 2002 quand huit bombes ont explosé à Soweto, un township à l’est de Johannesburg. Deux semaines plus tard une milice d’extrême droite revendiquait les attentats. Le groupe se faisait appelé « Boeremag » ou « Force boer », du nom des descendants de colons hollandais arrivés en Afrique du Sud au 17e siècle. Un mois plus tard, 26 membres de cette milice étaient arrêtés. A l’époque, plus de 1 000 kilos d’explosifs avaient été trouvés lors des raids effectués par la police.

Certains membres du groupe sont également accusés d’avoir tenté d’assassiner l’ancien président Nelson Mandela, en essayant de faire exploser sa voiture, alors qu’il se rendait à l’inauguration d’une école.

Jusqu’à 35 ans de prison

Aujourd’hui, le leader du groupe Mike du Toit, ainsi que quatre autres militants, ont été condamnés à 35 ans de prison pour trahison et homicide volontaire. Les autres membres ont reçu des peines allant de 10 à 30 ans de réclusion pour simple trahison.

Parmi eux, des médecins, des professeurs d’université et des officiers de l’armée. Certains ont expliqué leurs gestes par des convictions politiques, mais la plus part ont nié leur culpabilité. Neuf d’entre eux ont quitté la Haute cour de Pretoria libres après avoir passé près de onze années derrière les barreaux.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.