N'oublions pas ceux qui restent : sept Français toujours en otages dans le monde

Manifestation de soutien aux otages détenus au Mali, à Nantes, le 1er juin 2013.
© AFP/Jean-Sébastien Evrard

Les quatres désormais ex-otages au Sahel sont libres. Mais ils sont encore sept Français retenus en otage dans le monde : Serge Lazarevic, enlevé en novembre 2011 au Mali, Gilberto Rodriguez Leal, enlevé en novembre 2012 au Mali également, Francis Collomp, enlevé au Nigéria en décembre 2012, et les reporters Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torrès enlevés dans le nord de la Syrie. Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs affirmé ce mercredi que le président François Hollande était «déterminé à mener toutes les actions nécessaires pour libérer tous les otages» français encore détenus, après la libération mardi des quatre d'Arlit. Rappel.

Les otages français Philippe Verdon et Serge Lazarevic sont apparus dans une vidéo non datée mis en ligne sur un site islamiste. © REUTERS/Agence Nouakchott Informations/Handout

Enlevé en novembre 2011 au Mali par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) Serge Lazarevic, est toujours retenu quelque part dans le désert. Son compagnon, Philippe Verdon a été exécuté en mars dernier, au moment de l'intervention française au nord Mali. Dans un communiqué, Aqmi avait revendiqué cette exécution en «représailles de l'intervention militaire française».

 

Photo de l'otage Gilberto Rodriguez Léal diffusées sur un site mauritanien. © "AFP PHOTO / ALAKHBAR"

C'est aussi au Mali qu'a été enlevé Gilberto Rodriguez Leal, le 20 novembre 2012. L'homme de 61 ans serait aux mains du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest, le Mujao. Paris a rejeté l'appel à négocier émis par le groupe islamiste.

 

 

et quatre reporters retenus en Syrie


Francis Collomp. © AFP PHOTO / SITE Intelligence Group

En décembre 2012, Francis Collomp est enlevé au Nigéria par le groupe islamiste Ansaru, en représailles à la guerre au Mali. En février dernier, l'otage apparaît dans une vidéo où il s'adresse au président français, François Hollande.

 

Les journalistes français Didier François et Edouard Elias. © Montage RFI/Olivier Fourt/AFP/Chris Huby/Haytham

C'est dans le nord de la Syrie, en zone insurgée que l'on perd en juin dernier la trace des reporters Didier François et Edouard Elias. Même si l'on ignore quel groupe les détient, le gouvernement assurait, il y a trois mois, que les deux hommes étaient vivants.

 

Les journalistes français Nicolas Hénin et Pierre Torres, enlevés en Syrie le 22 juin 2013. © ©Benoit Schaeffer / ©Famille Torres

En vie aussi leurs confrères Nicolas Hénin et Pierre Torrès. Les deux derniers Français enlevés, ont également disparu dans le Nord syrien. L'information de leur rapt a été révélée le 9 octobre dernier, par leurs familles et le Quai d'Orsay mais on ignore toujours qui sont leurs ravisseurs.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.