Assassinat des deux envoyés spéciaux de RFI : l’hommage des auditeurs et de la profession (3)

Claude Verlon et Ghislaine Dupont.
© RFI

L'annonce de l’assassinat de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, les deux envoyés spéciaux de RFI à Kidal au Mali, a provoqué un torrent d’émotion chez les auditeurs et dans la profession. Les messages affluent par centaines à l’adresse rfihommage@gmail.com. Nous en sélectionnons quelques-uns, au fur et à mesure qu'ils nous parviennent.

Je vous fait part de ma très grande indignation à la suite de la mort des deux envoyés spéciaux de RFI. Ce média a été remarquable lors de ma détention. Grâce à sa diffusion internationale, j’ai pu rester informé, et surtout garder l’espoir. RFI est le média français international de liaison entre les Français mais aussi de tous les francophones. RFI est naturellement respecté dans le monde. Cet acte de grande barbarie est inadmissible.Toutes mes condoléances aux familles, aux proches et aux collègues de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
Bernard Planche - Ex-Otage en Irak.

Bonjour, j'ai, pendant près de 10 ans, vécu et travaillé en Afrique. RFI a été pendant tout ce temps et encore aujourd'hui par l'intermédiaire de Radio Nord Bretagne, une radio dont j'écoute les informations avec plaisir et intérêt.
Je veux ici témoigner de ma solidarité avec les journalistes qui font leur travail, et aujourd'hui encore en payant de leur vie, le beau métier d'informer. Sincèrement touché, je vous souhaite l'énergie de vivre cette étape douloureuse de votre station
Bernard Vandekerckhove - Un auditeur en France

Bonsoir, je suis une jeune femme italienne et j'apprends le français.
J'ai fait des progrès très importants en regardant France 24, en écoutant RFI et en visitant leur site Internet. Mais ce n'est pas seulement ça: j'ai commencé connaître les réalités africaines et du reste du monde. J'ai appris à les aimer en suivant, chaque jour, les événements.
Ça a été possible grâce aussi à Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
Merci pour tout ce que vous avez fait pour raconter le Mali, plus en général l'Afrique et ce qui est en train de se passer.
Je voudrais les rappeler avec deux collègues italiens qui ont été tués en Somalie en 1994, en circonstances très similaires (même si les raisons sont différentes) : Ilaria Alpi et Miran Hrovatin travaillaient pour la RAI, ils les ont connus peut-être.
Merci pour avoir donné la chance d'écrire ce message.
Alessandra Frigato - Une auditrice italienne

C'est avec consternation que les auditeurs de Radio France Internationale, et les communicateurs vivant à Pointe-Noire ont appris les décès de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, tous deux envoyés spéciaux de RFI au Mali. Assassinés par la bêtise humaine, le samedi 02 novembre dans le nord du Mali, à Kidal.
Je tiens à vous dire, vous de la rédaction de RFI, très vite la part que je prends à votre douleur. Je sais les soucis que vous avez, et surtout quand vous avez appris leurs assassinats, mais comment imaginer une disparition aussi brutale !
Nos pauvres mots humains sont impuissants à consoler dans des épreuves pareilles, mais permettez-moi, chers confrères, de vous assurer que ma pensée est auprès de vous pleine, de sympathie et de compassion.
Que la terre soit légère à Ghislaine et à Claude.
René-Charles Ivouvou - Journaliste et animateur à Pointe-Noire au Congo

Chères consœurs, chers confrères,
La rédaction de RTL tient à vous assurer de son soutien et de son amitié, alors que les corps de Ghislaine et de Claude viennent d'être rapatriés en France.
Marie-Christine Saragosse l'a rappelé, « plus qu'un droit, l'information est un devoir ». Nous vous souhaitons de trouver le courage et la force de poursuivre cette mission, dont vous êtes les plus ardents défenseurs : informer, partout dans le monde.
Nous voulions vous faire part de notre émotion et de notre solidarité.
Bien confraternellement,
La Société des journalistes de RTL

Comme un coup de couteau en plein cœur, la nouvelle m'a touché de plein fouet. Difficile d'y croire mais c'est pourtant vrai. Ils ont été fauchés, injustement arrachés à nous par des individus ignobles sans foi ni loi. Grands, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, oui grands de par ce qu'ils ont su donner aux auditeurs de la radio mondiale, grands à cause de leur courage, oui de leur bravoure quand il faut aller à la quête de l'information, la vraie information, équilibrée et juste. Croient-ils ainsi éteindre la voix de notre consœur ? Non, la voix d'un vrai journaliste n'est jamais éteinte, elle ne s'éteindra jamais la voix de Ghislaine. Ces deux journalistes nous ne les oublierons jamais, leurs œuvres à jamais ne nous quitteront. Cet amour avec lequel vous vous mettiez à la tâche vous ont à jamais grandi. Toujours le monde entier se souviendra de vous. Ce sang versé sur le sol malien est celui de vaillants guerriers tombés sur le champ d'honneur. La longue bataille pour la liberté de la presse qui œuvre pour édifier le peuple du monde entier. Vivement la justice pour nos deux confrères. Que vos âmes reposent en paix. Amen.
Moussa Yéro Bah - Journaliste à Radio espace en Guinée-Conakry

C’est avec émotion et tristesse, que j’ai appris l’assassinat lâche et ignoble à Kidal, ce samedi 2 novembre 2013, des journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Comme tous les hommes épris de paix et de justice, je ne peux que condamner cette barbarie et crier mon incompréhension devant tant de haine.
Malien, originaire de Tombouctou, ayant grandi comme tant d’autres jeunes africains avec ces voix qui nous étaient si familières, la mort tragique de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, nous endeuille au même titre que leurs familles, leurs confrères et consœurs.
RFI, c’est avant tout une grande famille.
Aux assassins de Ghislaine et de Claude je dis ceci : quelque soit votre mobile, qui que vous soyez, sachez que vous avez échoué, car il n’y a pas plus grand échec que de vouloir tuer tous ceux qui ne partagent pas vos idées.
Ghislaine et Claude, comme Johanne Sutton et Jean Hélène, avant eux sont morts tout simplement parce qu’ils faisaient leur job, celui de chercher, de recevoir et de répandre sans considération des frontières, de race ou de religion, les informations.
Aux familles de Ghislaine et de Claude, à RFI et, à la grande famille des auditeurs de RFI, je présente mes condoléances émues. Que leur âme repose en paix.
El Hadji A. Traoré - Diplomate malien à New York

Je vous écris au nom de l'Association « Diàlogo por Venezuela et les vénézuéliens en France » pour vous exprimer notre émotion suite à l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
La difficile situation que vit le Venezuela depuis 10 ans nous a rapprochés de vous, de RFI et du monde du journalisme et nous avons compris comment le journalisme est un métier de risques, de passion et d'engagement.
Recevez au nom des Vénézuéliens en France nos condoléances et sentiments d'amitié en ces moments difficiles.
Lena Soffer - Association Diàlogo por Venezuela - Venezolanos en Francia

Chers membres des familles de Ghislaine et Claude,
Chers amis de RFI,
C’est avec consternation et une énorme tristesse que nous avons appris la terrible nouvelle de l’assassinat abjecte de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon.
Par ce courrier, nous vous présentons nos très sincères condoléances après cet horrible drame. Pour plusieurs collègues de Human Rights Watch, signataires de ce courrier au nom de toute l’organisation, Ghislaine était une alliée, une référence, une amie. Le binôme qu’elle formait avec Claude constituait un modèle de journalisme de terrain d’une qualité exceptionnelle. Tous les deux vont cruellement manquer dans ce monde, déjà réduit, des personnes qui cherchent à faire la lumière sur des situations souvent méconnues du grand public.
Les uns, les autres avons eu la chance de travailler avec Ghislaine, en particulier lorsqu’elle travaillait dans des conditions difficiles en RD Congo et plus largement sur la région des Grands Lacs. Depuis son retour forcé à Paris, qui aura coïncidé avec l’ouverture de notre bureau à Paris, Ghislaine aura été une alliée fidèle dans notre combat commun pour faire connaître la vérité des faits et promouvoir les droits humains.
Nous savons que le travail considérable réalisé par Ghislaine et Claude au service de l’Afrique n’aura pas été vain, bien au contraire.
Les témoignages des auditeurs de RFI sur tout le continent et en France, les marques de respect exprimées par toute la famille de RFI pour ces grands professionnels de l’information qui auront su transmettre leur passion et leur savoir, les messages de solidarité transmis par les officiels et les ONG démontrent l’incroyable impact de leur travail, et plus largement de l’impact de RFI en Afrique. Face à ce drame, nous tenions à vous exprimer notre profonde sympathie et notre amical soutien,
Au nom de Human Rights Watch, Jean-Marie Fardeau - Directeur France

Les mots nous manquent devant cette atrocité, cette haine gratuite, cette lâcheté à s’en prendre à des gens inoffensifs, bref, cette barbarie à pouvoir assassiner des journalistes de sang froid. La nouvelle de la mort de ces deux journalistes, et plus particulièrement de Madame Dupont avec qui nous avons eu à échanger, discuter, nous a tétanisés, estomaqués, bref anéantis. Professionnelle et appliquée dans son « devoir d’informer », nous avons fait la connaissance de Madame Dupont au moment de l’affaire dite « El Para », un autre rétrograde arrêté par le MDJT (rébellion Toubou du feu Togoimi dans le Tibesti). C’est avec Madame Dupont et Monsieur Magloire Keumayo que nous avons organisé au centre de la presse étranger, à la maison de la Radio, une conférence sur les conditions d’arrestations d’El Para et ses complices.
Notre chagrin est indescriptible, notre amertume sans commune mesure, reposez en paix et que votre œuvre dans cette illustre maison appelée Maison de la Radio laisse des traces.
La Rédaction de La Gazette de N’djamena au Tchad

Toute la population de Youwarou à travers mes écrits présente ses condoléances les plus sincères aux familles de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ainsi qu'à la France toute entière. Le Mali ne les oublie pas.
Oumar Soufountera - Un auditeur au Mali

Je suis attristé, indigné, voire courroucé par l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes pétris d'expérience et soucieux du travail bien fait. Toute personne qui les a vus à l’œuvre ne peut que regretter leur perte. Malheureusement, nous sommes dans un monde où il y a des barbares, des inconscients, des destructeurs, des méchants, des égoïstes qui privent l'humanité des bonnes et belles choses dont elle a besoin. Ceux-ci sont justement ceux qui ont tué Ghislaine et Claude (deux monuments de la communication). [...]
Inconsolable, j'adresse aux familles Dupont et Verlon, à RFI, à tous ceux qui connu et estimé ces excellents journalistes mes condoléances les plus attristées.
Moi personnellement, je ne pardonnerai jamais les auteurs de cet acte odieux, ignoble et crapuleux. Que la vérité triomphe et que la justice et le ciel les punissent sévèrement.
Amen.
Alou Maguiraga - Consultant en décentralisation et développement local

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l'inaction des hommes de bien » Edmund Burke (1729-1797)…
Ghislaine et Claude étaient de ceux qui agissaient tout comme les équipes de RFI. Alors mes condoléances à l'ensemble des familles des disparus, à RFI, à tous les journalistes du monde entier et enfin à toute la Nation française ! Je n'arrive pas à contenir mes larmes !!!
Alhoussene Baldé - Un auditeur en Guinée Conakry

Je ne dois pas être la seule vu mon âge à avoir pensé à la célèbre photo de la petite fille vietnamienne « napalmisée » en apprenant la triste nouvelle. S’il n’y avait pas de reporters de guerre alors il n’y aurait pas d’information mais seulement de la communication comme pendant la guerre d’Irak. Et, c’est une attachée de presse qui vous parle. Aux défenseurs de l’« embedded », je rappelle que la presse reste un contre-pouvoir essentiel dans une société dominée par la finance et la corruption.
Aux familles, amis et membres de RFI, j’adresse mes condoléances et souhaite un très grand courage.
Catherine Peuto - Attachée de presse à Paris

Pour Ghislaine !
Ghislaine, you are gone without saying goodbye
What was the rush ?
Why now ?
You left listeners without something to hear
In formations without a voice
Journalists without co-worker
What was the rush ?
Were you called by a higher Authority ?
If that’s the case, I understand.
I will not hold it against you !
Just to let you Know, you forgot to sign off, don’t worry I will do it for you (PM)
Ghislaine Dupont, Kidal, RFI (For Ghislaine Dupont, by Cherif Zawiya Diallo, New York)
Well done !

Pour Ghislaine !
Ghislaine, tu es partie sans dire au revoir
Quelle était l'urgence ?
Pourquoi maintenant ?
Tu laisses tes auditeurs orphelins,
Des informations sans voix,
Des journalistes sans collègue,
Quelle était l'urgence ?
As-tu été appelée par une Autorité Supérieure?
Si c'est le cas, je comprends.
Je ne t’en tiendrai pas rigueur !
Juste pour te dire, que tu avais oublié de signer, ne t’inquiète pas, je vais le faire pour toi Cherif Zawiya Diallo - Un auditeur à New York (États-Unis)

Mes bien chers confrères,
Veuillez je vous prie accepter par cet écrit un hommage que je souhaite vous dire à propos de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
En action sur le terrain depuis plus de 50 ans pour la diffusion de la Francophonie et de la langue française; franco-belge originaire de l’ex-Congo Belge, née à Léopoldville, je vis l’Afrique en plein cœur.
En charge du métier de journaliste, cette profession étant une vocation, permettez-moi de vous transmettre mes pensées les plus émues et pour vos deux confrères la reconnaissance d’un courage sans réserve.
Auprès de RFI, veuillez accepter tous et toutes, dans la douleur de l’absence de Ghislaine et Claude mes pensées les plus émues.
Courage
Yvette Pairelle - Éditrice du Journal Européen de Méditerranée La Gaviota

Un hommage profond, sincère et respectueux pour ces deux journalistes courageux,
Leur mort est injuste, car leur œuvre est juste.
Leur assassinat est intolérable.
Et inutile, car d'autres courageux journalistes
reprendront leur flambeau.
Un
Journaliste
Ose
Utilise
Rencontre
Nomme
Apprécie
Lie
Invite
Souffre
Tente
Enchante
Véronique Janvier - Une auditrice de longue date

Bonjour,
Nous avons habités en Afrique et nous étions heureux d'écouter cette belle radio. Aujourd'hui encore j'écoute encore de temps en temps RFI quand je veux couper du nombrilisme franco français des autres média.
La mort de Ghislaine et Claude m'a touché comme tous les reporters morts cette année mais les réactions de leurs collègues, leur dignité et leur courage m'ont vraiment ému.
Quelle détermination, quel engagement. Ne laissez pas des lâches s'attaquer à des gens qui informent les auditeurs de manière impartiale.
Il faut des journalistes sur le terrain sinon nous aurions que 2 sources d'information, le Twitter des « terroristes » ou rebelle et la « version officielle » parfois une soupe qui arrange les gouvernant.
Passionné d'histoire je regardais un documentaire sur la propagande sous Pétain pendant le crime. En Avril 1944, la désinformation était telle que Pétain pouvait se présentait en sauveur? Ne les aurais je pas cru si j'avais vécu à cette époque? S'il y avait eu plus de courageux journalistes pour nous alerter, le génocide rwandais aurait il prit cette ampleur ou les opinions publique aurait fait pression pour enlever un génocide à la liste du XXème siècle.
Merci à leur collègue de rappeler que la liberté c'est encore une conquête dans de bien nombreux endroit de la terre. Mais aussi que quand on empêche un journaliste de parler, on m’empêche aussi d'entendre. Continuez à nous donner des versions sourcées d'informations (l'AFP etc.)
Merci à Ghislaine et Claude même s'il l'on payé de leur vie. C'est grâce à vous qu'on est ce qu'on est aujourd'hui.
Cordialement
Yann Baudet - Un auditeur

C'est d'abord la disparition, cruelle et injustifiable, d'une femme et d'un homme exerçant simplement leur métier. Encore une fois, une fois de trop, c'est le deuil de la liberté, de l'information, de la communication, des droits les plus élémentaires. Auditrice récente et occasionnelle de RFI, mais attentive et impressionnée par la qualité et l'originalité de vos émissions, émue par la force des sentiments et témoignages exprimés, je souhaite m'associer à cette peine et la partager avec vous tous, les familles et proches des victimes, RFI, tous ceux concernés par ce drame.
Sans connaître Ghislaine et Claude, l'émotion suscitée par leur décès m'interpelle. Ils étaient, comme beaucoup d'autres, parmi les voix de l'Afrique, objectivement, sans vanité. Ils seront toujours là. Pour les remercier, saluer leur mémoire et poursuivre leur exercice, en conscience et avec courage, comme eux, les journalistes, les humanitaires, les défenseurs des droits, doivent continuer cette lutte dangereuse. Que Ghislaine et Claude reposent en paix, cette paix que nous souhaitons tous sur Terre et à laquelle ils ont contribué.
Anne-Marie Bonnet - Une auditrice à Bayonne

Je suis une femme tunisienne et je veux rendre hommage à Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Je veux leur dire que c est grâce a des êtres comme eux et grâce à leurs sacrifices que la vie vaut encore d être vécue. Ils nous ont rendu d énormes services en travaillant en Afrique et en défiant le terrorisme à notre place, nous Africains, qui sont enfoncés dans le chaos depuis des années. Je les remercie du fond du cœur ainsi que tous les journalistes de RFI et je leur dis que nous comptons sur eux au Mali et plus particulièrement en Libye qui devient une plate forme du terrorisme et un cauchemar pour la Tunisie. S’il vous plaît, aidez nous. Merci infiniment.
Faiza Mensi - Une auditrice en Tunisie

Saurons-nous un jour pourquoi vous avez été assassinés ? Quel danger représentiez-vous, tous les deux, sans armes et sans protection ? Vos assassins visaient-ils l’information, ou bien était-ce une prise d’otages qui a mal tourné, ou bien une vengeance contre la France ?
Pendant la vingtaine d’années passée dans les pays sahéliens, l’une de nos deux radios était toujours réglée sur RFI dont les voix nous étaient familières, et nous connaissions les noms de tous les journalistes qui étaient à l’antenne régulièrement . A cette époque bénie, on ne tuait pas les journalistes au Sahara que nous avons parcouru en tous sens en toute sécurité : nous sommes rentrés en France en juillet 1990. Et cet été-là, que de temps nous avons passé avec Mano Dayak qui séjournait chez nous en Périgord, l’oreille sur le poste pour écouter RFI et suivre la révolte des touaregs du Niger.
Votre sinistre fin, Ghislaine et Claude, ont fait revenir ces souvenirs d’une époque révolue dont nous avons gardé une grande nostalgie.
Quel horrible gâchis ! Merci pour votre abnégation et votre professionnalisme ; l’Afrique vous aime et vous regrette profondément.
Adieu, que l’après-vie vous soit douce
Nuria Archs-Tillet - Une auditrice

La disparition des deux journalistes de la RFI m’a vraiment touché.
Ainsi, je présente mes plus profondes et sincères condoléances à leurs collègues et à leurs famille, je voudrais exceptionnellement saluer les parcours exemplaires et les combats qu’ils ont poursuivis jusqu’au bout.
Que leurs âmes reposent en paix
Hervé Leziany - Reporter photographe au journal La Vérité à Madagascar

Vous venez de perdre deux journalistes ayant la passion de leur métier et de l'Afrique. Ils ont fait honneur à leur profession. Je viens de lire l'article du président malien lorsqu'il vous a reçus. Il qualifie à juste raison cette tuerie d’ « acte barbare ».
Je sais que vous continuerez avec courage votre mission d'information, pour vous bien sûr car le journalisme est votre métier et votre passion, mais aussi pour vos deux confrères disparus si tragiquement, pour nous tous enfin qui attendons des informations du monde entier bien sûr, mais pour moi, plus particulièrement du Mali car, il y a bien longtemps, j'ai travaillé 3 ans à Gao. Que ce temps de paix puisse enfin revenir.
Permettez-moi d'adresser à toute l'équipe de RFI proche de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon mes sincères condoléances en ces moments si douloureux.
Marie-France Vuiber - Une auditrice

Bonjour RFI,
J'ai personnellement eu l'occasion d'entendre plusieurs fois Ghislaine sur les ondes de la Radio du Monde et c'est avec beaucoup de peine que j'ai reçu l'information confirmant la mort de Ghislaine et Claude. Ils sont tous deux grands journalistes parce qu'ils connaissaient leur travail, qu’ils ont fait avec beaucoup de professionnalisme. Que leurs âmes baignent dans la félicité divine. Qu'ils reposent en paix.
Toutes mes condoléances à la famille RFI.
William Kaumba Kasthunga - Un auditeur à Kolwezi (RDC)

Chers amis de RFI,
C'est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition douloureuse de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, lâchement assassinés au Mali.
Nous tenons à rendre hommage, en cette douloureuse circonstance, à l'indispensable rôle que joue votre radio et à la volonté de vos journalistes associés qui œuvrent partout dans le monde pour qu'existe et demeure, surtout là où elle est la plus menacée, la liberté de l'information et de la presse.
Votre média est aujourd'hui, de part son action, incontournable et indispensable en Haïti et dans un monde où beaucoup de journalistes continuent de payer de leur vie leur devoir d'information.
Au nom de tous les adhérents du Collectif Haïti de France nous présentons aujourd'hui à toute l'équipe RFI, nos sincères condoléances. Nous avons également une pensée très émue pour les proches des deux journalistes disparus et vous prions de faire suivre à leur famille toute notre sympathie.
Solidairement, « kembé pa lagé » (accrochons-nous).
François-Frantz Cadet - Secrétaire national pour le Collectif Haïti de France

Malgré les mésententes avec le gouvernement de mon pays sur la perception de l’analyse des informations concernant la RDC, jugée trop pessimiste, Ghislaine Dupont a été une grande journaliste. Elle était au côté de la RDC depuis le Zaïre, elle qui avait permis de suivre la guerre de la libération de 1997 pas à pas ; le peuple congolais est vraiment très attristé par sa perte nous lui devons des hommages très mérités que son âme repose en paix. Toutefois le combattant continue.
Jean de Dieu Luwembi - Un auditeur en RDC

Mes hommages à Madame Dupont
Vous êtes inoubliable, et notre mémoire reconnaitra et témoignera votre détermination à vouloir servir toute l'humanité à travers RFI, vos analyses ont été marquées par des changements dans le monde, des bouleversements politiques ont été à la base de votre vision productiviste, au Congo, au Mali et partout dans le monde, vous avez inspiré la presse internationale du monde francophone. Vous avez commencez votre carrière à l'année où je suis né et voilà tu me quittes le monde dans un moment où il a besoin de toi et dans un état qui augmente la douleur de toute l'humanité. Ghislaine Dupont tu restes immortelle et ta mémoire reste gravée dans nos cœurs.
Que ton âme repose en paix.
Willy Kumapandji - Un auditeur

J'ai, banalement, changé mon image Facebook en y mettant le logo RFI en deuil pour exprimer mes condoléances aux familles des assassinés et pour remercier tous les journalistes qui, de par le monde, travaillent pour nous informer nous qui restons tranquilles dans nos foyers. Merci
Arnault Duprez - Un auditeur en France

Le Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT) présente ses plus vives condoléances aux familles de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, à leurs collègues de RFI et au peuple français.
Kodjo Dagah - Président Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT)

Je tiens à transmettre toutes mes condoléances aux familles de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon, dans ce tragique instant où tout vacille pour les proches, les collègues de travail, les amis, et pour les citoyens du monde entier, pour lesquels ils informaient sans relâche sur l’état du monde. La mémoire, elle, ne meurt jamais, ni ce beau travail d’information, ni cet élan vers l’autre auquel Ghislaine et Claude ont voué leur vie, en donnant la parole à tous. Que les mots et les paroles qu’ils nous ont transmis, restent vivants à jamais dans le cœur de chacun.
Marc Vachez - Docteur en Psychologie

Ghislaine, tu es partie mais tu n'es pas morte.
Ghislaine, tu es cette artiste qui ne meurt pas.
Ghislaine, tu étais une Eglise au milieu du village: tu tendais ton micro à tout le monde, jeune, vieux, homme, femme, opposant, pouvoir.
Comme ton nom, tu étais un pont entre les hommes, les cultures, etc.
L'Afrique ne t'oubliera pas et moins encore la RDC dont je suis natif.
Honte aux assassins, ils ne seront jamais tranquilles jusqu'à leur mort certaine.
Que ton âme et celle de ton compatriote Claude reposent en paix.
Que la terre vous soit douce et légère.
Léonard Boy-Muke- Un auditeur à Kinshasa (RDC)