Mali: l’armée française renforce sa présence à Kidal

Le renforcement de la présence française à Kidal a pour objectif la sécurisation des législatives prévues le 24 novembre.
© REUTERS/Joe Penney

Le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius a annoncé ce mardi matin sur RFI que le calendrier de l’opération Serval, qui mobilise actuellement 3 000 hommes au Mali, ne sera pas modifié. Le ministre a précisé que la présence française allait être redéployée du sud vers le nord du Mali, notamment à Kidal, avec l’arrivée de 150 militaires supplémentaires.

Depuis le début de l’opération Serval, les Français se sont montrés discrets à Kidal. Ils savent que la situation est complexe et potentiellement explosive. Tout commence par un déploiement des forces spéciales dans la nuit du 30 janvier. Effet de surprise. Un avion se pose sur la piste. Kidal est considérée comme un bastion jihadiste.

Lors des premières patrouilles, l’accueil des populations n’est pas très chaleureux. On est loin des scènes de liesse qu’ont connues les soldats de Serval dans les villes du fleuve, plus au sud. L’armée française se concentre alors sur l’élimination des éléments jihadistes dans le nord du Mali, mais elle patrouille peu dans les rues de Kidal et évite de se mêler des affaires locales.

→ (RE)LIRE : La prise de Kidal: une nouvelle étape dans le conflit au Mali

Renforcement du dispositif

En juillet dernier, le dispositif français s’étoffe. L’armée malienne remonte vers le nord : Anéfis puis Kidal. Les Français suivent et accompagnent les patrouilles maliennes. Serval est alors présente à Kidal avec un détachement de liaison et d’appui et des éléments de protection. Deux cents hommes auxquels il faut ajouter deux bataillons et une compagnie de la Minusma.

Samedi dernier, les deux envoyés spéciaux de RFI sont assassinés après avoir été enlevés en pleine ville. Ce mardi, le gouvernement a reconnu qu’il était nécessaire de renforcer la présence de l’armée française à Kidal.

Dès hier soir, l’état-major des armées annonce l’arrivée de 150 hommes venus de leur base militaire à Gao et déployés dès dimanche. Un renforcement ponctuel afin d’appuyer le travail de sécurisation dans le nord. En vue, la sécurisation des élections législatives du 24 novembre. Elles permettront d’évaluer le poids des mouvements touaregs s’ils acceptent de jouer le jeu des élections, assure une source proche du dossier.

(RE)LIRE : Laurent Fabius sur RFI : «150 soldats français envoyés en renfort à Kidal»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.