Le torchon brûle entre l'Afrique du Sud et Israël

La ministre des Affaires étrangères sud-africaine, Maite Nkoana-Mashabane (g) et l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman (d).
© AFP&Reuters/Montage RFI

Frictions diplomatiques entre l’Afrique du Sud et Israël après les propos controversés de la ministre des Affaires étrangères sud-africaine la semaine dernière. Des dirigeants israéliens appellent les juifs d'Afrique du Sud à quitter le pays « avant qu'il ne soit trop tard ».  

A l’origine de ce qui s’apparente à un début d’incident diplomatique, des propos polémiques tenus par la ministre des Affaires étrangères sud-africaine la semaine dernière. Maite Nkoana-Mashabane a pris position contre la colonisation israélienne en Cisjordanie, assurant notamment que « la lutte des Palestiniens est notre lutte ». Ces propos ont fortement déplu aux dirigeants israéliens.

« La dernière fois que j’ai regardé une carte de la Palestine, je n’ai pas pu dormir de la nuit », a notamment déclaré Maite Nkoana-Mashabane, exprimant son soutien à « la lutte »  des Palestiniens. La ministre a indiqué qu’elle souhaitait « ralentir et limiter » les contacts avec l’Etat hébreu. Et d'ajouter: « Actuellement, aucun ministre sud-africain ne se rend dans ce pays ».

« Surprise et indignation »

Ces propos ont provoqué la colère côté israélien. Avigdor Lieberman, l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères, a accusé les dirigeants sud-africains d’entretenir « un climat anti-israélien et antisémite ». Lieberman a lancé un appel aux juifs d’Afrique du Sud sur Facebook, les incitant à quitter le pays « avant qu’il ne soit trop tard ».

Ces propos ont été jugés « alarmistes » par le conseil des députés juifs sud-africains, qui a tout de même exprimé « sa surprise et son indignation » suite aux propos de la ministre.

Finalement, la présidence sud-africaine a été obligée de réagir pour calmer le jeu jeudi et de rassurer la communauté juive d’Afrique du Sud, qui compte plus de 75 000 membres. Le secrétaire général à la présidence, le ministre  Collins Chabane, a assuré que « les juifs n’avaient rien à craindre en Afrique du Sud ».

Tout en précisant qu’il n’existait aucune interdiction officielle de se rendre sur le territoire israélien.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.